Economie, Politique

Bernard Grech

« Être engagé aux côtés des entreprises »

Élections 2016 aux Tribunaux de Commerce de Draguignan, Fréjus et Toulon

Par arrêté préfectoral du 5 septembre 2016, les électeurs du ressort des Tribunaux de Commerce de Draguignan, Fréjus et Toulon, sont appelés à voter, à l’effet de procéder au renouvellement partiel des membres de ces juridictions.

Pour Bernard Grech, vice-président sortant de la CCI du Var, la CCI a largement anticipé la modernisation de la Chambre de commerce et d’industrie pour faire face aux défis de la nouvelle économie. « La modernisation se poursuivra avec la Chambre de commerce et d’industrie de demain ».


Pouvez-vous nous rappeler le rôle de la Chambre de commerce et d’industrie ?


Bernard Grech : La vocation première de la Chambre de commerce et d’industrie du Var, c’est l’entreprise et ses dirigeants. Nous avons mis en place sur tout le territoire des équipes d’élus et de collaborateurs compétents et disponibles afin d’accompagner l’entreprise tout au long de son développement grâce à un réseau de proximité. Plus qu’une mission, notre passion c’est défendre les intérêts de l’entreprise et de ses dirigeants auprès des décideurs publics. Ainsi, notre action volontariste pour défendre la place du Var au sein de la nouvelle Chambre à l’échelle régionale ou prendre position sur les décisions qui impactent l’économie locale. Le meilleur exemple, c'est notre combat (réussi) pour la suppression de la taxe de mouillage ou notre mobilisation en faveur du maintien des établissements de plage de Pampelonne.


La CCI est également engagée auprès des jeunes pousses...


BG : C'est vrai ! Acteur majeur de l’animation du tissu économique, la Chambre est aussi un découvreur de talents. Ces talents, nous les mettons en lumière lors d’événements tels que les Trophées de l’éco, le Startup Weekend, les speed business meetings... Et puis, à travers des équipements structurants, nous participons activement au rayonnement, à l’attractivité et à la dynamisation du territoire. C’est le cas sur le plan touristique et maritime dans les missions que porte la Chambre en tant que concessionnaire des ports de commerce et de plaisance.

Quelle est l'attitude la CCI face aux mutations économiques ?


BG : La performance est devenue une exigence de tous les instants, autant pour les entreprises que pour le fonctionnement de notre Institution publique de l’État. Cela s’est traduit par une baisse de la masse salariale sans aucun licenciement, une baisse volontariste et sensible des charges, la recherche systématique de mutualisation de nos moyens avec l’échelon régional, la mise en place d’une nouvelle ingénierie financière, et le développement de partenariats public/privé.

Avec une gestion exemplaire ?


BG : En effet, tout cela, sans que la capacité de notre Chambre de commerce et d’industrie à soutenir l’économie en soit pour autant altérée. Nous avons réalisé des progrès en matière de gestion malgré le contexte économique et financier difficile et qui ont été salués par nos autorités de tutelle et notamment par le préfet du Var à l’issue des différents contrôles auxquels la Chambre de commerce et d’industrie du Var a été soumise (URSSAF, fiscal, Chambre régionale des comptes) et qui sont pour nous un encouragement à continuer dans cette voie.

Comment envisagez-vous l'avenir ?


BG : Notre atout majeur, c'est l’anticipation. Face à la loi NOTRe et les réductions de ressources qui en découlent, avons su faire les bons choix au bon moment.

Avec quelle recette ?


BG : Avec une écoute attentive du terrain et une action de proximité déployée sur tout le territoire afin de répondre au plus près des attentes des entreprises. Er, également, avec une gouvernance collégiale, ouverte, participative, un esprit d’équipe et la volonté de réunir toutes les entreprises du Var sous une même bannière afin d’aboutir rapidement à une marque territoriale.

Pourtant, il y a une autre liste candidate à ces élections ?


BG : C'est le choix d'un homme seul, déconnecté des équipes. A mon sens, avec la CCI, il n'y aucune place pour une aventure personnelle.

Comment cela ?


BG : Jamais les partenariats avec les services de la Préfecture, la Marine Nationale, les Communes, les Communautés d’Agglomérations, le Département, la Région et les acteurs de l’économie n’ont été aussi confiants et fructueux. Un bilan que l'on doit à notre capacité à mobiliser l’ensemble des acteurs économiques chaque fois que le Var a besoin de nous ou que malheureusement sa population ou son économie sont en souffrance.

La CCI est donc aux côtés des entreprises ?


BG : C'est une évidence comme le démontrent les tristes événements que nous avons connus avec les inondations et la crise économique. Nous avons souhaité réagir en apportant une expertise dans l’accompagnement de l’urgence. Une démarche réussi grâce à la mobilisation de nos fonds propres pour les sinistrés ou au profit de fonds de soutien ou des Tribunaux de commerce. Et, en créant une structure originale de prévention et d’accompagnement des difficultés avec le RSI.

Les enjeux économiques étaient forts ?


BG : En effet, la Chambre participe au renforcement de notre vocation touristique, en enregistrant des excellents résultats en matière de croisière, qui permet de capitaliser sur notre ouverture sur la mer. Mais, nous avons mené des actions fortes en matière de formation pour permettre aux entreprises de monter en compétences, de leur offrir toutes les chances de réussir leur mutation économique et leur transition numérique. Avec une stratégie volontariste concrétisée par des investissements productifs, qui permettent de capitaliser en termes d’accueil sur le foncier disponible : zones d’activités économiques et chartes de partenariat avec les territoires...

Un mot sur le Parlement des entreprises ?


BG : Avec le Parlement des entreprises qui regroupe aujourd’hui 500 chefs d’entreprise, nous avons réussi à porter haut et fort la voix des entreprises. Cette initiative est une première en France et va être reprise à l’échelle nationale. En quelques années, la Chambre est devenue une véritable entreprise au service des entreprises, animant un réseau dynamique, et déployant sur l’ensemble du territoire un accompagnement de proximité. Elle aussi le porte-parole des acteurs économiques, défendant avec pugnacité leurs intérêts. Associée à l’élaboration des documents de planification et aux grandes décisions publiques, elle s’efforce de garantir aux entreprises un environnement favorable à leur développement (exemple : participation aux schémas prescriptifs...) grâce à une action permanente auprès des élus locaux et parlementaires.

Propos recueillis par Gilles Carvoyeur

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures