Tourisme

Bilan touristique 1er semestre

François de Canson : « Les clientèles internationales dopent le tourisme dans la région »

Avec près de 5,2 millions d’arrivées et plus de 10,1 millions de nuitées enregistrées dans l’hôtellerie, au cours du 1er semestre 2018 la Région Sud signe le meilleur niveau de fréquentation touristique jamais enregistré depuis 10 ans (+ 74 000 nuitées par rapport au 1er semestre 2017).

Ces performances sont notamment portées par l’accentuation de la poussée des clientèles internationales qui. Après le fort rebond de 2017, elles confirment l’attractivité de la région et récompensent les efforts déployés par le Comité Régional de Tourisme et ses partenaires pour inscrire les 3 destinations Monde Provence, Alpes et Côte d’Azur dans la compétition internationale. Ainsi, l’été 2018 semble satisfaisant, tout comme les mois de septembre et d’octobre qui s’annoncent à la hausse. De quoi impacter sensiblement les retombées économiques et l’emploi dans la région Sud qui reste une destination prisée, à l’offre particulièrement variée.

Pour François de Canson, président du CRT : « Il n’y a pas de secret... Ce sont bien ces entrepreneurs et investisseurs qui se battent au quotidien dans l’amélioration de leur offre, et dans la création de nouveaux produits qui bénéficient le plus de l’économie touristique (…). Aujourd’hui, avec l’exposition médiatique et sa demande d’immédiateté, il est tentant pour quelques-uns d’énoncer au plus grand nombre les chiffres de leur propre activité comme s'ils représentaient l’ensemble de tout un secteur, et comme s’ils détenaient la vérité pourtant issue de quelques témoignages d’un cercle restreint de confrères ou d’amis. On en tire les gros titres qui ne donnent qu’une vision tronquée de la réalité ».

2ÈME DESTINATION TOURISTIQUE FRANCAISE

Le président du CRT ajoute : « N’oublions jamais que nous sommes la 2ème destination française pour l’accueil des touristes internationaux, que le tourisme représente 12,5% du PIB de la région soit près de 20 milliards d’euros et plus de 140 000 emplois. Cette réalité nous honore et nous oblige.

Nous avons donc une réelle responsabilité quant à l’évaluation de notre activité touristique qui doit accompagner la réflexion même du CRT mais aussi de tous nos partenaires et professionnels.
Pour cette raison, en tant que Président du CRT, j’ai décidé de ne pas communiquer cet été sur des tendances, sur des rumeurs ou encore commenter une saison alors même qu’elle n’était pas terminée. Elle ne l’est toujours pas d’ailleurs ».
En effet, les trois quarts des nuitées touristiques s’étalent de mai à octobre, loin de la fourchette exclusive 21 juillet 15 août.

Pour François de Canson : « L’été est une période qui compte beaucoup, c’est indiscutable, mais elle ne fait pas tout. Nous assistons à une véritable surmédiatisation de la période juillet-août qui cantonne ces deux mois au redondant abus de langage « saison touristique ». Parler de saisonnalité est dépassé, beaucoup de territoires comme la Région Sud fonctionnent sur l’année et ont comme objectif de désaisonnaliser leur fréquentation (...) ».

Il reprend : « Les seuls chiffres de fréquentation ne suffisent pas à qualifier une saison de bonne ou mauvaise. Nous devons tous avoir une vision plus large, l’économie touristique, c’est tout un écosystème qui doit aussi prendre en compte l’environnement, l’impact des origines des clientèles, la diversité des territoires » (...).

UN EXCELLENT 1er SEMESTRE 2018

C’est la fréquentation des clientèles internationales qui porte le plus les bonnes performances du 1er semestre dans les hôtels de la région : 3,8 millions de nuitées, soit une augmentation de 3,3%, bien supérieure au +1% de 2017 (versus 2016).
« Ce record sur les clientèles internationales, cibles principales du CRT, illustre une réelle attractivité de la région. Grâce au travail des professionnels du tourisme, du CRT et de ses partenaires, nous avons rattrapé et dépassé le niveau record de 2015 qui avait chuté en 2016 en raison des attentats » insiste, encore, François de Canson.
La fréquentation de la clientèle française enregistre une certaine stabilité (6,2 millions de nuitées, soit -1%), freinée par la mauvaise météo, les grèves du printemps et le regain d’attractivité de certaines destinations à bas prix en Méditerranée.

UN IMPACT ÉCONOMIQUE POSITIF

Sur le plan des recettes touristiques, la région enregistre l’une des meilleures performances en France avec une activité hôtelière urbaine qui a enregistré une hausse de 4,4% à fin juin (contre 2,9% en moyenne sur la France hors Paris) et de 7,8% pour le mois de juillet 2018 (par rapport à 2017).

« Ce résultat s’explique par la forte présence de la clientèle internationale, qui dépense deux fois plus que la clientèle française notamment sur les postes hôtellerie et restauration, ainsi que par une hausse soutenue des prix moyens. Il récompense une montée en gamme des établissements régionaux qui permet de garantir le niveau de qualité des standards internationaux face à des clientèles de plus en plus exigeantes », se félicite, en conclusion, François de Canson.

Photos André GOFFIN, envoyé spécial à Marseille.

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures