Sécurité

Carqueiranne, Alain Galian

« Il y a toujours tellement à faire quand on aime passionnément sa commune ! »

En sa qualité d'adjoint à l'Administration générale, à la Sécurité publique et aux Anciens combattants, il est en charge de la tranquillité publique à Carqueiranne, ce qu'on appelle désormais, « le bien-vivre ensemble ».

Cet homme qui considère que « la sécurité est la première des libertés » répond aux questions de La Gazette du Var.

La Mairie de Carqueiranne se démarque par un fonctionnement en régie. N'est-ce pas trop contraignant au quotidien ?

Alain GALIAN. Bien au contraire, ce choix, assumé depuis plusieurs mandatures par la Municipalité, lui permet d'être des plus réactifs. Cette proximité avec les administrés permet une grande adaptabilité afin d’améliorer sans cesse le service rendu à nos concitoyens. Mais c'est vrai que de nos jours ce mode de fonctionnement se fait rare. A Carqueiranne, du gros œuvre au carrousel présent sur la place centrale du village, tout fonctionne en régie… Pour le plus grand bonheur de tous, me semble-t-il.

L'organisation de tant de services municipaux ne doit pas être une sinécure ?

AG. C'est sûr que c’est une responsabilité car en cas de dysfonctionnements la population le remarque très rapidement. Mais je crois que le travail de fond qui a été entrepris par la Ville permet que les services donnés à la population soient de qualité. Même lorsque la population triple pendant la période estivale, la qualité des services à laquelle les Carqueirannaises et les Carqueirannais sont attachés est maintenue.

C'est donc le travail mené par vous-même, vos collègues élus et les services qui finissent par payer ?

AG. En tant que responsable de la Délégation au Personnel, j'en suis persuadé ! Beaucoup a été réalisé depuis que j'ai été investi de cette mission en 2014. Il suffit de se rappeler les plus grandes actions réalisées depuis le début du mandat : mise en place de la participation employeur à la mutuelle, qui correspondait à une demande des syndicats en comité technique, écoute proactive des syndicats du personnel, soutien des agents dans leur avancement de carrière et dans les procédures de reclassement.

L'association du personnel dans la prise de décision permet je le crois de servir au mieux l'intérêt général.

Il me faut évoquer, également, les aménagements de poste visant à ce que le personnel puisse travailler dans les meilleures conditions qui soient, la mise en place de séminaires « bien-être au travail » et la refonte du plan de formation, qui s'est traduite par une augmentation de l'enveloppe budgétaire allouée à la formation.

Il y a vraiment eu la volonté de placer nos agents dans les meilleures conditions d'exercice afin que le service rendu à la population soit le meilleur possible.

Et au niveau de la Délégation à la Sécurité, vous avez fonctionné sur le même mode ? Carqueiranne se démarque par l'un des plus bas taux d'insécurité de la Métropole, comment l'expliquez-vous ?

AG. Les résultats sont là pour démontrer la pertinence de notre action. Il suffit de se donner les moyens de sa politique. J'ai toujours considéré que la sécurité est la première des libertés. Depuis notre arrivée à la tête de la Commune en 2014, nous avons procédé à l'augmentation des effectifs de la Police Municipale (PM) pour parvenir à un effectif de 16 agents aujourd'hui, renforcé encore lors de la saison estivale, pour assurer la sécurité des plages notamment, et leur avons donné des moyens supplémentaires afin de réaliser au mieux leur mission de protection de la population : nouveau matériel, nouveaux véhicules, etc. A cette fin, un aménagement des horaires et des rondes a été réalisé.

L'augmentation du nombre de caméras de surveillance n’est aussi pas étranger à la diminution de l’insécurité dans notre Ville (de 0 en 2015 nous en sommes à 25 aujourd’hui). Nous sommes de plus la première Commune du Département à avoir conventionné avec le Tribunal de Grande Instance de Toulon pour prendre part au dispositif des stages de citoyenneté. Cette notion de « bien-vivre ensemble » est fondamentale. Cela passe aussi par le respect de la sécurité routière d’où la pose récente de radars pédagogiques, de panneaux zones 20/30 et la sécurisation de la RD 559 qui est bientôt à venir.

Et concernant votre délégation Anciens combattants, comment se porte-t-elle ?

AG. Vraiment, très bien. Je suis fier de voir que le devoir de mémoire continue d'occuper une place si singulière au sein de notre Commune. Les habitants et les associations répondent à chaque fois présents. Quand on sait tout ce que l'on doit à ces hommes et à ces femmes, cela fait chaud au cœur. Je suis un grand patriote vous savez, donc d’avoir eu la responsabilité de cette délégation a été un réel honneur pour moi. Une petite déception est qu’il ne nous a pas été possible cette année d’avoir la patrouille de France, mais cela devrait pouvoir se concrétiser dans les années à venir.

Ce n'en fut pas moins une année chargée…

AG. Effectivement ! On n'a pas chômé, entre l'ouverture de la nouvelle MMPE, qui permet à Carqueiranne de disposer de l'une des plus belles crèches du Var, les politiques publiques mises en place en faveur de la protection de l'environnement (recyclage des mégots, nichoirs à chauve-souris pour lutter contre les moustiques, etc.) ou encore les aménagements au stade Riquier avec la création par le Département d'une piste d'athlétisme et d'un stade de foot à 5/Basket, ce qui permet à tous les sports de pouvoir être pratiqués à Carqueiranne. J’en profite pour saluer la centaine d’associations que compte notre Ville et qui contribuent dynamiquement à l’amélioration de notre qualité de vie.

Et, malgré cette charge de travail, vous avez pourtant encore de l'énergie à revendre ?

AG. Plus que jamais… Il y a toujours tellement à faire quand on aime passionnément sa Commune !

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR (texte et photo)

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures