Politique, Cavalaire

Cavalaire-sur-Mer

Philippe Leonelli : « Les électeurs ont validé mon projet municipal »

Réélu maire de Cavalaire-sur-Mer le 25 mai dernier, Philippe Leonelli aborde son second mandat plein d'enthousiasme et d'ambitions pour sa ville.

Les urnes ont tranché. Le 15 mars 2020, les électeurs de Cavalaire-sur-Mer se sont massivement prononcés en faveur de leur maire sortant, Philippe Leonelli. Mettant fin, on peut le souhaiter, à une opposition prête à tout pour contrer la politique municipale.

 

Philippe Leonelli répond aux questions de La Gazette du Var.

 

Dans quel état d'esprit êtes-vous après cette 2ème élection ?

Philippe LEONELLI. Je dirais que je suis heureux ! Heureux que mes colistiers et moi-même ayons été réélus avec un si beau score (près de 73%) et que les Cavalairois nous aient témoigné de leur satisfaction et de leur confiance. Je suis heureux de commencer une nouvelle aventure, un nouveau mandat, avec une équipe faite d’anciens et de nouveaux pour moitié.

Une partie qui permet d’avoir une assise, une expérience de la vie municipale, mais aussi une partie de nouveau, du sang neuf et de la fraîcheur, ça fait du bien !

Je peux dire également que je me sens prêt, prêt à m’engager, à continuer à travailler dur, à avancer avec notre équipe vers le seul objectif qui nous intéresse : le bien de Cavalaire et ses habitants. Je suis d’ailleurs ravi et reboosté par la fin de ce confinement, qui m’a permis de retrouver mes troupes et réengager nos discussions : ils me manquaient beaucoup, comme les Cavalairois m’ont manqué aussi !

Et, puisqu’on parle d’état d’esprit, il reste un peu d’amertume vis-à-vis de la campagne électorale passée. Ce qui a été dit, écrit, distribué par l’opposition a été dur à supporter. Et cela ne s’est pas arrêté avec la campagne électorale ! Un seul membre de l’opposition a accepté de siéger au Conseil municipal, et à ce jour, nous ne connaissons toujours pas la composition de l’opposition pour le mandat à venir ! Je trouve cela dommage, je n’ai pas compris. J’espère que les Cavalairois qui ont voté pour elle pourront être représentés au Conseil, c’est bien là la base de la démocratie locale, et je serais triste de devoir siéger avec mon équipe sans une opposition, car elle est partie prenante à toute gestion municipale.

Maintenant tout cela est derrière vous ?

PL. Oui et non. Oui, car nous sommes élus, les Cavalairois ont validé notre projet en votant largement pour notre liste. Ils nous ont témoigné de leur confiance et ont confirmé leur volonté de continuer à nos côtés.

Non, car aujourd’hui encore, je le disais, nous ne sommes pas sûrs d’avoir des élus d’opposition au complet, et je le regrette.

Mais de manière générale, la campagne est derrière nous. La crise du Covid-19 nous a rapidement fait passer à autre chose. Nous avons dû, dès le lendemain de l’élection, gérer cette crise. Les désaccords politiques de la campagne électorale ont semblé bien peu importants face à ce que nous avons traversé ensuite !

Passons à la période du confinement, comment l'avez-vous vécue ?

PL. J’ai travaillé tous les jours durant ces deux mois de confinement, en télétravail comme tout le monde, mais en venant une fois par jour au moins, en mairie afin d’assurer la continuité du service. Certaines tâches devaient obligatoirement être faites sur place comme la signature des documents administratifs. 

Cette période a été, comme pour beaucoup, très difficile. Vous me connaissez, j’aime rencontrer les Cavalairois, j’aime discuter avec mes amis, mon équipe, les habitants, je suis un homme d’échange !

Ce rapport m’a terriblement manqué. Le Covid-19 a mis fin brutalement à la joie de l’élection, et je n’ai pu retrouver mes colistiers qu’il y a quelques jours seulement. Je suis ravi que cette période de confinement soit terminée, bien que nous devions toujours porter une attention particulière à l’hygiène et à la relance de l’économie. Je suis heureux de retrouver mes échanges hebdomadaires et revoir un peu le soleil et les collines !

Comme dans les autres villes, la commune a distribué des masques à sa population ?

PL. Absolument. Dès le départ, nous avons distribué 24 000 masques et des dizaines de milliers de masques chirurgicaux, en commençant par les professions en première ligne afin qu’ils soient protégés. Nous en avons ensuite distribués aux Cavalairois, et plus de 20 000 masques en tissus le seront au total. Au passage, un grand merci à « Solidarité masques du golfe », à Jennifer Koffmann et à Cécile Berard et ses dames, à Marie et son atelier, pour la confection de milliers de masques.

En plus, nous avons installé des bornes de gel hydroalcoolique (25 au total) sur l’ensemble du domaine public, près du centre-ville et des plages. Cela permettra à chacun de respecter les règles d’hygiène et de se sentir en sécurité. Nous avons tout fait, depuis le premier jour, pour œuvrer à la sécurité de nos concitoyens et les avons informés, constamment, sur les réseaux sociaux.

 Votre réélection a validé votre projet municipal ?

PL. Je pense que le beau score que nous avons obtenu valide à la fois le travail que nous avons effectué ces six dernières années, mais également le programme que nous avons proposé pour le mandat à venir. Ce score nous permet d’envisager un avenir clair et de continuer nos projets avec la certitude qu’ils sont approuvés par les Cavalairois.

Quels sont vos projets dans l'immédiat ?

PL. Il y en a beaucoup, notamment dus à la crise sanitaire que nous traversons. Tout d’abord, nous travaillons main dans la main avec l’Office du Tourisme et le Cabinet en direction des commerçants. Nous souhaitons évaluer leurs attentes et connaître leurs sentiments afin d’adapter notre politique touristique et notre offre de loisirs.

Ensuite, un gros chantier est à l’œuvre au budget. D’un côté, nous avons perdu des millions d’€ de recettes, et de l’autre les dépenses ont augmenté. Il est plus que nécessaire de retravailler le budget afin de s’assurer d’avoir des finances saines.

Nous sommes en pleine préparation du programme des animations pour l’été, car nous devons nous adapter aux circonstances. Nous pensons organiser des animations itinérantes afin d’éviter les mouvements de foules et les gros rassemblements. De même, nous avons décidé de réorganiser l’espace public en offrant davantage de places aux restaurants qui auront besoin d’espace pour respecter les distances de sécurité lors de leur réouverture. Concernant les plagistes, la décision n’est pas de notre ressort, mais nous faisons tout notre possible pour qu’il en soit de même et qu’ils puissent rouvrir dans les meilleures conditions.

Nous travaillons également à l’aide aux entreprises, afin de faciliter leurs démarches de demande d’aide de l’état ou du département. Nous ferons de même après la saison avec chaque personne qui devra faire face à une perte d’emploi. Notre équipe va engager une politique sociale revisitée et renforcer, avec une aide directe des associations comme le « Cœur dans les Epinards », ou du CCAS. Nous voulons accompagner individus et entreprises lors de cette période très difficile.

Un mot de conclusion ?

PL. Je vous remercie de m’avoir accordé cet interview, et j’en profite pour remercier une nouvelle fois les Cavalairoises et Cavalairois qui nous ont fait confiance et nous permettent de continuer l’aventure avec eux et pour eux ! Malgré toutes les difficultés, nous restons à leur service et nous trouverons ensemble les solutions pour affronter des obstacles et faire de Cavalaire un endroit paisible et attrayant ou il fait bon vivre. L’histoire est belle, il faut qu’elle continue !

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures