• Accueil
  • A La Une
  • Christine Amrane : "Il faut arrêter de travailler en silo" !

Environnement

Christine Amrane : "Il faut arrêter de travailler en silo" !

Le 14 novembre, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a signé la charte d’engagement du Contrat de transition écologique (CTE) du massif des Maures.

Cet acte officiel s'est déroulé en présence de François de Canson, président de Méditerranée Porte des Maures, maire de La Londe-les-Maures, de Vincent Morisse, président de la Communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez, de Jean-Luc Longour, président de Cœur du Var et de Christine Amrane, maire de Collobrières.

CAISSE DE RESONANCE A LA POLITIQUE DE LA REGION

François de Canson s'est félicité que le CTE rejoigne les objectifs de la politique environnementale mise en place par la Région Sud : « L'objectif du CTE, c'est la politique que nous menons à la Région depuis l'élection de Renaud Muselier ! Avec « Une COP d'avance », le président Muselier avait vu juste. Le CTE servira de caisse de résonance à la politique que nous menons à la Région. Je pense qu'il faut aller encore plus loin. Nous n'avons pas attendu le résultat des élections européennes pour se peindre en vert. Cette politique, on l'a porte depuis des années et la Région est prête à mettre les moyens nécessaires pour financer des actions ».

De son côté, Vincent Morisse ajoutait : « C'est une excellente chose que nous soyons engagés dans cette démarche car elle permettra de valoriser notre territoire. Le CTE est un cadre qui nous permettra de travailler ensemble ».

Enfin, Jean-Luc Longour a plaidé pour un changement de braquet en termes environnementaux : « La communauté de Communes Coeur du Var a immédiatement adhéré à cette démarche. Il est temps de changer de paradigme et de panser la terre en lui apportant des solutions qui viennent du territoire. Les territoires doivent être innovants et créateurs, en participant à la transition énergétique et développant des projets d'agriculture et d'agroforesterie. Le Plan Climat doit être créateur d'énergies renouvelables. Je crois à la capacité des territoires à mener ces actions. Christine Amrane a su nous réunir et nous rassembler ».

UN TERRITOIRE A PART

Pour la maire de Collobrières, « le massif des Maures est un territoire à part. En nous engageant dans ce Contrat de Transition Écologique (CTE), nous avons décidé d'arrêter de travailler en silo. Nous avons passé beaucoup d'obstacles et tenté de répondre à l'urgence climatique, en remettant de l'activité au cœur du massif. Nous avons lancé un appel à projet et 57 porteurs de projet y ont répondu. Je remercie l’État qui a montré son intérêt à notre démarche ».

Emmanuelle Wargon a répondu : « L'écologie, c'est du concret. Le CTE, c'est une démarche qui part du terrain, sans cadre prédéfini ni enveloppe avec des financements classiques. En réalité, nous demandons aux porteurs de projet ce qu'ils veulent faire et l’État le fera avec eux. C'est pourquoi, je salue cette démarche définie sur le territoire et à partir duquel on va pouvoir construire des projets économiques et écologiques. Le CTE n'est pas forcément une catastrophe ».

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures