Actualités

« De Mayol à Pipady »

Hubert Falco : « Un projet pour ouvrir la ville sur la rade »

Moins d'un an après le premier Comité de Pilotage qui s'est tenu le 14 mars 2018, les partenaires du projet « De Mayol à Pipady : un concours pour l'avenir de la rade », se sont réunis, le 25 février, à l'hôtel de la Métropole.

Cette réunion avait pour objectif de lancer l'étude de conception urbaine et paysagère, qui dessinera le nouveau visage de ce périmètre de 44 hectares, sur terre et mer, autour du futur quai des croisières.
Pour Hubert Falco, maire de Toulon et président de la Métropole TPM, « parler de l'avenir de la rade, c'est un dossier essentiel. Depuis que la ville a pris la décision de créer des plages au Mourillon en 1970, c'est sans doute le dossier le plus important, dans ce secteur stratégique, au niveau économique et touristique ».

PARTENARIAT RESPECTUEUX DE LA MARINE

Et sans doute aussi, le dossier mené le plus rapidement possible par les élus. La première réunion portant sur ce dossier s'est tenue, il y a moins d'un an, sous la présidence du Préfet du Var et du Préfet Maritime, et avec l'ensemble des services de l’État, de la Défense Nationale, de la Métropole, de l'architecte des Bâtiments de France, de la CCI du Var, du Département, de la Région et des villes associées (La Seyne-sur-Mer et Saint-Mandrier-sur-Mer).

« Pour la réussite de ce projet, nous avons monté un partenariat respectueux des intérêts de la Marine nationale, sur ce site de 44,5 hectares dont 3,5 hectares appartenant à la DCNS et qui sont actuellement en cours de cession à la ville. Nous avons pu définir le périmètre du projet, en tenant compte des contraintes techniques et juridiques », détaille Hubert Falco.

Le maire de Toulon ajoute : « A la suite de ces premiers travaux, le Comité de Pilotage a pu lancer un concours pour définir les conditions de cet aménagement, à travers un cahier des charges. Et, le Comité de Pilotage a donné un avis favorable, à l'unanimité, à ce cahier des charges qui sera, évidement, pris en compte par les candidats au concours ».

En effet, au terme de plusieurs mois de travail en groupes et Comités Techniques, les partenaires du projet ont décidé de lancer une Procédure Concurrentielle avec Négociation (PCN) associée à un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) : une formule juridique et opérationnelle qui permet d’une part de dessiner l’urbanisme et le paysage des 44 hectares et d’autre part de préparer la cession de certains lots dont les 3 hectares du site.

CREER DU LIEN ENTRE LE PORT ET LE MOURILLON

Pour le maire de Toulon, le projet est une manière de recoudre la ville en créant un lien entre le port et le Mourillon, comme c'est le cas dans la reconstruction de l'îlot Montéty qui va relier la haute ville et le centre-ville : « Depuis notre accession aux commandes de la ville, nous n'avons de cesse d'ouvrir la ville sur la rade, en l'aérant et en faisant entrer le soleil. Le projet prévoit également d'améliorer la circulation au niveau du port qui reçoit plus de 1, 5 million de passagers par an dont 300 000 croisiéristes. Tout en prenant en compte la particularité de la ville, coincée entre le Faron et la mer. Mais, on est obligé de faire avec qu'on a tout en respectant l'urbanisme de la ville et construire en respectant l'histoire de la ville ».

Ainsi, le rôle du Comité de Pilotage est de guider les décisions prises pour éviter de faire des erreurs, en respectant ce qui existe, en tenant compte des eaux militaire et civile et qu'il faut privilégier, de manière impérative, la DGA dans le futur projet, puisque la Défense nationale conservera un bâtiment dans le secteur à aménager.

Mais, de toute façon, tout cela ira très vite puisque le choix du candidat retenu est fixé à novembre 2019 : « C'est nous qui avons eu l'idée de réaliser ce projet, c'est à nous de le réaliser. Les projets que nous lançons sont immédiats et réalistes. On ne construira pas tout et n'importe quoi et je peux vous affirmer qu'il n'y aura aucune Marina à cet endroit. Les choses sont claires. Par ailleurs, nous sommes déterminés à avancer dans le respect des règles et du calendrier (voir encadré) », a prévenu Hubert Falco, sans doute en pensant aux élections municipales qui se profilent à l'horizon (mars 2020).

Quant à l'aménagement final du secteur, Hubert Falco s'en remet aux investisseurs privés qui seront retenus à l'issu de l'appel d'offres. « On va essayer de faire en sorte que ce projet ne coûte pas trop aux contribuables toulonnais », avoue le maire. En effet, pour la ville, le coût devrait être marginal, puisque la collectivité ne prendra, finalement, à sa charge que la réalisation du jardin près de la Tour Royale, l'ensemble des autres dépenses étant supportées soit par des investisseurs privés, soit par des subventions obtenues auprès des collectivités (Département et Région).

Gilles CARVOYEUR


LE CALENDRIER

14 mars 2018 : Premier COPIL
→ Création du Comité de pilotage avec toutes les parties ;
→ Choix du périmètre du projet ;
→ Choix de la méthode de travail en partenariat en particulier avec les services du Ministère des Armées.
18 octobre 2018 : Deuxième COPIL
→ Décision de démolir le mur d’enceinte nord de l’Arsenal du Mourillon ;
→ Choix du tracé de la clôture reconstituée ;
→ Choix des matériaux de la clôture reconstituée ;
→ Décision du financement par TPM ;
→ Décision de gérer le terrain rendu au civil au travers d’une Autorisation d’occupation temporaire confiée par le Ministère des Armées à la Métropole TPM dans l’attente des résultats du concours.
→ Proposition de cadre pour l’appel à projet
20 février 2019 : COPIL de lancement de la Procédure concurrentielle négociée. Mise en compétition de 3 candidats qui seront choisis parmi ceux qui auront répondu à la consultation lancée après ce COPIL, sous la présidence de Hubert Falco, président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, avec les représentants des membres du Comité de Pilotage, composé de :
• Ministère de la Défense,
• Préfecture du Var,
• Préfecture Maritime,
• Région Sud,
• Département du Var,
• Métropole TPM,
• Ville de Toulon,
• Ville de La Seyne-sur-Mer,
• Ville de Saint-Mandrier-sur-Mer
• Chambre de Commerce et d’Industrie du Var.
Avril 2019 : Choix des 3 candidats
Juin 2019 : Lancement de l'Appel à manifestation d'intérêt afin de faire émerger des investisseurs capables de construire sur les lots de terrains qui seront cédés tout en respectant le schéma général de l'étude de conception urbaine et paysagère.
Fin juillet 2019 : Réponse des 3 candidats
Septembre 2019 : Choix du lauréat et poursuite de sa mission

AVENIR DE LA RADE DE TOULON

L’objectif de l’étude de conception urbaine et paysagère est de répondre à plusieurs enjeux :

1. Préserver la primauté des intérêts stratégiques des Armées ;
2. Poursuivre le développement de la Métropole TPM en développant la filière touristique et de la croisière ;
3. Améliorer la qualité de vie des toulonnais et des habitants de la Métropole TPM et du Var en développant les emplois touristiques et en améliorant le cadre de vie ;
4. Accroître la part des espaces civils donnant accès à la Rade de Toulon ;
5. Relier le centre historique de Toulon au quartier du Mourillon en ajoutant plusieurs étapes clefs sur le parcours entre ces deux quartiers ;
6. Développer les services porteurs d’identité forte ainsi que les services de proximité ;
7. Prendre en considération les évolutions environnementales y compris l’évolution du niveau de la mer et l’augmentation de la température ;
8. Proposer des innovations environnementales et prendre en compte les cibles du quartier durable méditerranéen ;
9. Innover en matière de mobilités, de connectivité et d’énergies.
10. Améliorer et sécuriser les flux d'entrée et sortie des passagers du trafic ferry et croisière.


PRINCIPES ET PROJETS FORTS

- Le devenir de la Rade passe aussi par une diversité et une nouvelle dynamique architecturale ;
- De grands projets sur 44 hectares constitués autour des 3,5 hectares de l’ancien site DCNS et du nouveau quai croisière ;
- Identité – Attractivité et Qualité sont les principes guides du futur projet ;
- Innovation environnementale ;
- Mobilité ;
- Initiatives de programmes laissés aux candidats ;
- Le quai croisière propre, sa gare maritime et sa station d’énergie constituent des équipements phares du projet ;
- Le projet de Cité de l’innovation, qui permettrait de déplacer et d’agrandir le Musée de la Marine – Toulon ;
- Recherche de solutions énergétiques innovantes ;
- Le projet d’une nouvelle station de bateau-bus ;

 

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures