Politique, La Londe

Election sénatoriale

Hubert Falco : « Mon parti, c'est le territoire » !

Le 27 septembre, les grands électeurs du Var (maire, conseillers municipaux, conseillers départementaux, conseillers régionaux) sont appelés à désigner les représentants du Département au Sénat.

Le 14 septembre à La Londe-les-Maures, une réunion était organisée en présence de Renaud Muselier, président de la Région, Hubert Falco, maire de Toulon et Marc Giraud, président du Conseil Départemental.

« MON PARTI, C'EST LE TERRITOIRE » !

Sur l'élection sénatoriale, Hubert Falco estime que c'est une élection de territoires : « Le maire est au centre du jeu de cette élection. Avec cette liste, je vois l'unité territoriale. Certes, on a besoin d'une ville centre dans le Var avec Toulon, mais autour de la ville centre, il y a les intercommunalités. Ces intercommunalités n'ont pas fait perdre leur identité à nos territoires. Collectivement, on est plus fort qu'individuellement ! C'est ce pack départemental que vous représentez ! Et quand on m'interroge sur mon parti (LR), je ne renie pas mes convictions : le parti de mon cœur, c'est mon territoire !

Il a ajouté : « Nous avons construit une équipe, parce que sans équipe, on n'est rien ! Notre priorité, c'est le département » !

VOIX DE LA PROXIMITE

De son côté, François de Canson a assuré : « Le Sénat, c'est la voix de la proximité, du souci du quotidien. Le Sénat est la caisse de résonance des élus territoriaux. Les sénateurs, qui sont les « élus des élus », fertilisent le débat parlementaire par la connaissance et l'attachement qu'ils portent à leurs territoires.

Les sénateurs que nous choisirons sauront répondre aux défis qui se présentent à eux : la santé, la révolution numérique, l’intelligence artificielle, les risques majeurs, le tourisme de demain, l'évolution indispensable de la Loi SRU … et tant d'autres » (...).

Selon lui : « Cette vision politique prend sa source dans la richesse des initiatives, de notre dynamisme, de notre créativité. Elle s’appuie sur notre liberté de créer, d’expérimenter et d’entreprendre. Les collectivités territoriales ne doivent pas être de simples « échelons administratifs » pour reprendre la formule employée dans l’un des questionnaires du grand débat ».

CAISSE DE RESONNANCE

François de Canson a rappelé qu'Hubert Falco parle depuis très longtemps des territoires « et qu'il a été un précurseur en la matière ».

Puis s'adressant à Michel Bonnus, la tête de liste, qu'il a appelé Hubert Bonnus par erreur (!), il a ajouté dans un grand sourire : « Cette liste est celle des territoires et de la parole donnée. Le Sénat doit être la caisse de résonnance des élus locaux. Cette élection est capitale et il nous faut faire un sans-faute en élisant 3 sénateurs, car cela nous permettra de limiter le pouvoir de nuisance de nos adversaires. Aucune voix ne doit manquer à la majorité » !

Ainsi, Michel Bonnus est allé à la rencontre des élus de 113 communes sur les 153 que compte le Var : « De partout, je fais le même constat : les élus locaux ressentent beaucoup d'injustice à cause de lois décidées à Paris qui impactent leurs communes et le département. Les maires déplorent un manque de concertation, de considération et d'écoute » !

PAS UNE ELECTION DE TRANSITION

Marc Giraud a repris : « Cette élection n'est pas une élection de transition. C'est une véritable élection où il faudra s'affirmer puis travailler ensemble. Dans le Var, les élus ont compris qu'il fallait travailler ensemble. Nous sommes arrivés à cette unité et ainsi, nous sommes le plus efficace possible. Les sénateurs sont les seuls capables de faire remonter les valeurs qui sont les nôtres ».

Enfin, Renaud Muselier a rappelé que la droite avait constitué un pack régional à l'occasion des élections municipales. Un pack, qui dans le Var, a gagné Le Luc et La Seyne-sur-Mer !

« Nous avons une liste nouvelle, expérimentée et déterminée. Je crois en la responsabilité des élus locaux. C'est là que le Sénat a un rôle majeur à jouer car le Sénat représente l'équilibre des territoires. Et, il nous faut rééquilibrer les pouvoirs. Le Var est un département d'équilibre et comme le dit Hubert Falco, on joue collectif » !

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

 

NOSTALGIE QUAND TU NOUS TIENS...

En venant à La Londe-les-Maures, c'était le rendez-vous de la nostalgie pour Hubert Falco, se rappelant l'année 1995, quand il était président du Département et qu'un de ses vice-président s'appelait... Philippe de Canson, le père de l'actuel maire de La Londe ! A cette époque, Hubert Falco était aussi député-maire de Pignans. « Ce jeune homme a grandi et il est devenu un excellent maire », a lancé l'ancien ministre, en parlant de François de Canson, qui accueillait les participants et qui avait décliné l'offre d'Hubert Falco d'être élu sénateur.

 

LA LISTE DE LA MAJORITE DEPARTEMENTALE

Michel BONNUS, conseiller départemental,

Françoise DUMONT, 1ère vice-présidente du Département.

Jean BACCI, maire de Moissac-Bellevue,

Chantal LASSOUTANIE, 1ère adjointe au maire de Brignoles,

Andrée SAMAT, 1ère adjointe au maire de Saint-Cyr-sur-Mer,

François de CANSON, maire de La Londe-les-Maures.

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures