Politique

Emmanuel Macron aux Armée

« N'ayez pas peur » !

Reprenant une célèbre phrase de Jean-Paul II, Emmanuel Macron, lors de son déplacement à Toulon pour les vœux aux Armées, vendredi dernier, a exhorté les militaires français à la confiance. « N'ayez pas peur », a-t-il lancé aux 1 500 militaires, présents à bord du navire Dixmude. Le Président de la République s'est efforcé de restaurer le lien avec les militaires, après l'épisode calamiteux de la démission du chef d’État-major des Armées.

Pour démontrer sa bonne volonté, Emmanuel Macron a annoncé un « effort inédit et incomparable » en portant le budget de la Défense à 2% du PIB. Une décision très attendue, depuis de longues années, par l'ensemble des militaires français.

Il a donc confirmé que le budget de la Défense serait augmenté de 1,8 milliard d'€, en 2018, pour le porter à 34,2 milliards. Lors de cette allocution, le chef de l'État a procédé à plusieurs annonces, confirmant, ainsi, la priorité qu'il souhaite accorder à la Défense. Selon Emmanuel Macron, « en huit mois, nous avons franchi beaucoup d'étapes capitales pour nos armées et notre pays ».

Outre le budget, le Président a assuré que le service national universel, l'une de ses promesses de campagne, serait "mené à son terme" avec un financement ad hoc. C'est un engagement fort qui devrait être mis en œuvre d'ici fin 2019. « Il ne viendra en rien impacter la loi de programmation militaire (PLM) », a-t-il assuré.

Le montant de la provision pour les opérations extérieures (OPEX) sera porté à 650 millions d'€ pour atteindre 1,1 milliard d'€ en 2020 contre 450 millions d'€ en 2017. « Notre défense est absolument prioritaire et j'assume devant la Nation les choix de vous donner ces budgets mais vous ne devez pas ignorer qu'ils se traduiront par une réduction des ressources accordées à d'autres politiques », a précisé Emmanuel Macron.

Mais, le Président a lancé un avertissement : « Je ne veux plus de batailles budgétaires. Ce temps-là est fini », faisant référence aux oppositions récurrentes entre le Ministère de la Défense et Bercy et aux tractations en sous-mains des grands industriels de l'armement pour défendre leurs matériels et leurs programmes d'investissement. Autres temps, autres mœurs ! Vendredi, à Toulon, les militaires français sont entrés de plain-pied dans le nouveau monde macronique.

Gilles CARVOYEUR

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures