• Accueil
  • A La Une
  • François de Canson : «Le PAPI sera labellisé d'ici la fin de l'année» !

Sécurité

François de Canson : «Le PAPI sera labellisé d'ici la fin de l'année» !

19 janvier, 27 novembre 2014. Deux dates qui restent, à n'en pas douter, gravées dans la mémoire collective des habitants de La Londe-les-Maures. Rencontre avec François de Canson, maire de La Londe-les-Maures.

La Gazette du Var : Au global, sur les deux inondations de janvier et novembre, les dégâts s'élèvent à plus de 10 millions d'euros...

François de Canson : Désormais, l'heure est à la reconstruction et à la nécessité de tirer les leçons utiles de ces catastrophes. Ainsi, la ville a, dès le mois de mars 2014, lancé une étude hydraulique qui a consisté à actualiser la connaissance du risque inondation sur l'ensemble du territoire communal et à étudier les mesures qui permettraient d'atténuer la fréquence et l'importance des débordements de nos deux cours d'eau. Ce travail a été confié au Cabinet SAFEGE.

Vous avez vécu un véritable parcours du combattant ?

FDC. Il faut bien l'appeler comme cela. Pour être tout à fait clair, deux types de mesures peuvent être prises après de tels événements. Rien ne se faisant sans le contrôle des services de l'État qui nous délivrent les autorisations en fonction des besoins. Les premières mesures étaient celles dites des "travaux d'urgence" qui intervenaient après les intempéries et les secondes dites des "travaux structurants "qui eux ne pouvaient intervenir qu'après un certain nombre de procédures administratives assez complexes et donc plus longues à intervenir.
En ce qui concerne les travaux dits d'urgence, engageant près de 10 millions d'euros, de nombreuses opérations ont été conduites...
FDC. Je ne vais pas vous détailler ce qui a été réalisé. Je vous rappelle simplement qu'après l'enlèvement des embâcles dans nos cours d'eau, nous avons conforté les berges sur le Pansard, depuis Notre-Dame-des-Maures jusqu'au Pont Blanc. Aux enrochements du Pin de la commune et du rond-point Ducourneau, il a été ajouté des gabions à la confluence des deux cours d'eau. Cette technique, assez impressionnante, participe à la réduction de la vitesse de l'écoulement des eaux. Sur le Maravenne, un travail considérable d'enlèvement des embâcles et de retalutage des berges a été effectué avec une réfection complète des parties endommagées de la route de Valcros. Le Port a vu la reconstruction de sa principale digue, le confortement ou le remplacement des piliers de soutènement des quais les plus endommagés et a bénéficié d'un curage compte tenu de l'amoncellement constaté des alluvions. Sur le port, la réparation du môle central, de la pile de la passerelle piétonne du Maravenne et le réaménagement de la base nautique figuraient également au programme des travaux de réparation.
Nous avons entrepris différents travaux de réparation et de mise en sécurité sur les réseaux pluviaux qui ont concerné tous les quartiers. L'élargissement du canal d'écoulement des Bormettes a déjà été réalisé.
De nouveaux enrochements, sur la rive gauche de la confluence du Pansard et du Maravenne, depuis le pont de l'ODEL Var vers le port Maravenne, ont été créés. A l'Argentière, le réseau pluvial, sous dimensionné, traversant les résidences est désormais utilisé comme une surverse. Enfin, à Miramar, dans le quartier des Tritons, la zone a été reprise pour éviter les inondations. Par ailleurs, plusieurs chantiers de voirie ont été menés que ce soit dans le quartier du Châteauvert, dans plusieurs lotissements afin de limiter les intrusions d'eaux de ruissellement et d'améliorer les écoulements hydrauliques.

En parallèle, vous avez procédé à l'installation de systèmes de surveillance et d'alerte en cas de crues...

FDC. Après l'installation d'une première caméra sous le pont de la Cave Coopérative, une seconde caméra a été positionnée, sur le Pont Bender. Ce dispositif de surveillance des rivières doit permettre d'alerter instantanément les services compétents, en cas de dépassement d'un certain seuil. De plus, deux feux à messages variables lumineux, sur le pont Bender et au Giratoire de Valcros, permettent, en cas de crue, d'informer les automobilistes de la fermeture de la route de Valcros.

Parlons maintenant des travaux structurants préconisés par l'étude hydraulique réalisée sur l'ensemble du territoire communal ?

FDC. L'enjeu était de définir une stratégie locale adaptée aux problématiques de protection contre les inondations, d'établir le meilleur scénario d'aménagement possible et de construire un programme d'action global et transversal précisant les mesures à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés. Ces travaux ne peuvent intervenir que dans un laps de temps relativement long. Seul ce que l'on appelle un PAPI (Programme d'Actions de Prévention des Inondations) peut supporter ce type de travaux au regard des montants qui seront investis. Et, pour obtenir l'appui financier de nos partenaires (État, Région, Département, Agence de l'Eau, etc), compte tenu des coûts relatifs aux travaux structurants qui avoisinent les 16 millions d'euros.

Initialement, ce PAPI était envisagé au niveau communal ?

FDC. L'État a indiqué que seule l'échelle intercommunale serait acceptable. Nous avons été contraints de présenter un dossier commun à la Londe-les-Maures, Bormes-les-Mimosas et le Lavandou, ce qui a des conséquences en termes d'harmonisation, de délai, de concertation avec les élus concernés. Méditerranée Porte des Maures porte désormais ce projet. Nous avons dû répondre à un cahier des charges très strict établi par le ministère de l'écologie. Nous avons dû réaliser un certain nombre d'études complémentaires (sur le ruissellement, sur l'insertion paysagère des travaux, etc…) qui nous ont imposé d'adapter notre programme de travaux conformément aux exigences de l'État. Notre dossier, déposé en mai, est en cours d'instruction. Ainsi, nous avons rempli nos engagements et dépendons de procédures sur lesquelles nous n'avons pas de prises : instruction par les services de la DREAL, de la DDTM, du Département, de la Région, de l'Agence de l'eau, qui ont été associés à la procédure.

Des nouvelles de votre dossier ?

FDC. Le passage en comité d'agrément de bassin se déroule le jeudi 19 octobre à Lyon. Cette étape est un préalable nécessaire à la labellisation par la Commission Mixte Nationale pour laquelle nous passons un grand oral le jeudi 14 décembre, à Paris. Le PAPI sera donc labellisé pour la fin de l'année si tout se passe bien et permettez-moi de ne pas en douter. Nous aurons réussi l'exploit d'obtenir la labellisation en deux ans et demi, ce qui en fait le PAPI le plus rapide du département !

Quel est le programme des travaux ?

FDC. Le cabinet d'étude a eu pour mission de tester plusieurs variantes d'aménagements avec un résultat sans équivoque : seuls les travaux envisagés permettent d'assurer un niveau de protection adéquate. Pour une efficacité optimale, l'ensemble du programme de travaux doit être réalisé et abandonner l'une des composantes du programme condamnerait l'efficacité de ce dernier dans son ensemble. Il nous faut maintenant obtenir l'autorisation administrative des travaux. Obtenir une aide financière pour réaliser le programme de travaux est une chose, obtenir l'autorisation administrative pour réaliser ces travaux en est une autre. Le dossier relatif à l'obtention de l'autorisation environnementale unique est en cours de finalisation et prend en compte l'ensemble des données : autorisation loi sur l'eau, protection des espaces naturels, loi littoral, site NATURA 2000, etc. Évidemment, cette phase de concertation s'inscrit dans cette démarche d'autorisation environnementale unique.

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures