Economie

Hôtellerie-restauration

Jean-Pierre Ghiribelli, président de l'UMIH : "Merci, M. le Président" !

A la suite de la déclaration du Président de la République sur les métiers en tension dont le secteur de L'hôtellerie-restauration, Jean-Pierre Ghiribelli, à l'instar de Roland Heguy, président confédéral de l'UMIH, a tenu à réagir positivement.

Reprenant les propos du président confédéral, le président de l'UMIH Var et Sud s'est enthousiasmé : « Merci M. le Président de mettre la lumière sur nos métiers, notre secteur et de nous permettre, enfin, de tordre le cou aux idées reçues. Le secteur de l'hôtellerie-restauration représente 220 000 entreprises, réparties sur tout le territoire, employant près d'1 million de personnes. 4ème employeur privé, après l'industrie, le transport et le bâtiment, nos cafés, hôtels restaurants embauchent sur l'ensemble du territoire, et quel que soit le type d'établissements. Nous avons créé 20 000 postes depuis le début de l'année. Pour autant, entre 50 000 et 100 000 postes ne sont pas pourvus. Les professionnels sont partout en demande de personnels motivés ».

En effet, pour de nombreux chefs d'entreprise de la filière hôtellerie-restauration, les mots d'Emmanuel Macron reprennent cette réalité du terrain et des entreprises. Car, le secteur fait face à une pénurie historique de main d'œuvre, l'offre et la demande ne se rencontrant pas.

UNE MAIN D'OEUVRE NON DELOCALISABLE !

Jean-Pierre Ghiribelli ajoute : « Cette situation est d'autant plus paradoxale que nos métiers sont des métiers de savoir-faire non-délocalisables, offrant des perspectives d'évolution réelles et rapides, en France et à l'international. L'ascenseur social existe dans notre secteur, notamment grâce à notre système de formation performant qui permet à nos salariés d'évoluer et de se former en permanence ».

Aujourd'hui, le secteur, c'est plus de 35 métiers du serveur au gérant, du cuisinier au community manager, du réceptionniste au revenue manager, etc.

Le patron de l'UMIH Var insiste : « Nos professionnels sont prêts à jouer un rôle d'intégrateur pour les personnes formés, qualifiés et souhaitant s'engager dans notre secteur.

Les conditions d'exercice de nos métiers ont des spécificités connues de tous, ce qu'a rappelé le Président. En effet, certains travaillent le soir, le week-end, les jours fériés comme de nombreux secteurs aujourd'hui (milieu médical, commerçants de proximité, informatique, propreté, sécurité, etc.) ».

UNE CONVENTION COLLECTIVE AVANTAGEUSE

C'est pourquoi pour répondre à ces spécificités et conscients des difficultés, la profession a mis en place un dispositif conventionnel Par ailleurs, les organisations se sont engagées dans un dialogue social nourri. Depuis la convention collective de 1997, de nombreux avenants ont été pris et continuent d'être signés. Le secteur, par exemple, a été le premier à instaurer une mutuelle de branche (avant que cela soit obligatoire pour tous les secteurs) et à faire bénéficier les salariés d'aides sociales (ex : une aide financière au permis de conduire et/ou à une aide financière à la garde d'enfants et/ou à une aide financière si le salarié est parent isolé). Pour fidéliser ses salariés dans les TPE, l'UMIH va encore plus loin en proposant aux entreprises adhérentes et à leurs 300 000 salariés de bénéficier des avantages de l'équivalent d'un comité d'entreprise.

Pour Jean-Pierre Ghiribelli : « L'emploi est notre priorité ! Notre congrès national dont le thème sera " Ici, on recrute ! " a lieu du 4 au 6 décembre 2018 à Saint-Étienne. Nous serons ravis d'y accueillir le Président de la République et les membres du Gouvernement pour avancer sur le sujet ».

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures