Sécurité

Incendie : La région mobilisée

François de Canson : « La Région mobilise plus de 12 M€ dans la lutte contre les incendies »

En Région Sud, la forêt couvre 1,6 million d’hectares, soit 51% du territoire.

Véritable capital bien-être, la forêt dessine les paysages de la région ce qui en fait la deuxième région la plus boisée de
France.

« Pour protéger la forêt et les personnes, la Région a lancé, en 2018, le dispositif « Guerre du Feu », et mobilisé plus de 12 M€ sur trois axes : prévenir, combattre et reconstruire.
Ce dispositif est essentiel pour la préservation de notre environnement », explique François de Canson, maire de La Londe-les-Maures.

LIVRE BLANC DE 58 PROPOSITIONS

L'élu régional reprend : « Par ailleurs, en tant que vice-président, chargé des risques naturels, nous avons créé, avec le président Muselier, le 9 février 2018, un Comité de Concertation Régional des Risques (CCRR). Il s’agit d’une démarche, inédite et collaborative, rassemblant tous les acteurs du risque en Région. Nous avons également écrit un Livre Blanc qui réunit 58 propositions d’actions, dont 34 prioritaires, sur les risques incendie, montagne et inondation. Cette bible des risques a pour vocation de faire évoluer la législation et d’améliorer
la prévention et la lutte contre les incendies notamment ».

Sur le terrain, la Région mène une politique ambitieuse de préventions risques naturels. En effet, elle accompagne les territoires touchés par les incendies, par le financement des études et travaux post-incendies à hauteur de 40%. Lorsque la régénération naturelle ne fonctionne pas, la Région finance, dans le cadre du Plan « 1M d’arbres », des études et des travaux de plantation.

MANQUE DE DIALOGUE

De leurs côtés, les agriculteurs dénoncent un manque de dialogue avec l'État. Invité par Sereine Mauborgne, députée du Var, Julien Denormandie, ministre de l'agriculture, s'est rendu au Luc-en-Provence, le 24 août, participant à une réunion de travail, qui a porté sur la situation des personnes touchées par l'incendie et la mise en place d'un guichet unique par la préfecture.

« Les agriculteurs ont indiqué les contraintes réglementaires qui vont à l'encontre de la biodiversité. Ils demandent de pouvoir entretenir les parcelles sans faire dix dossiers et de multiples démarches administratives. Il faut qu'il y ait un réel dialogue. Aujourd'hui, il n'y en a pas », analysait, très remonté, Max Bauer, président de la Coordination Rurale du Var !

De son côté, Sébastien Perez, secrétaire général de la Chambre d'Agriculture, ajoutait : « Le monde agricole participe gratuitement à l'entretien des massifs. Et, on le fait pour la collectivité. Notre travail nous oblige à débroussailler et curer les ruisseaux, pour entretenir ces espaces. Cela fait vingt ans que l'on entend la même chose ».

En colère, Fabienne Joly, présidente de la Chambre d'Agriculture, insistait : « Il n'y qu'une borne à incendie car la Réserve a interdit le passage du canal de Provence ! Il y a une colère des agriculteurs ! Je n'ai jamais vu cela ! On savait, on avait prédit cette catastrophe » !

Photos PRESSE AGENCE.

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures