Economie, Bormes

Jean Dubille, Château Léoube

 « C'est le retour à un fonctionnement normal pour Château Léoube »

Après deux mois de confinement, Château Léoube, le domaine viticole, situé à Bormes-les-Mimosas, prépare le retour à une activité normale.

 

Le point avec Jean Dubille, Directeur Général de Château Léoube.

Pendant la période de confinement, l'activité de Château Léoube a fonctionné au ralenti. Le caveau était fermé à la vente mais les clients ont pu bénéficier d'un système de ventes en ligne et de drive pour continuer d'acheter la production du domaine.

VENTES EN LIGNE BOOSTEES PAR LA CRISE

« Durant ces deux mois, nous avons boosté les ventes en ligne, augmentant de 100% les ventes faites par Internet. C'est une bonne nouvelle, compte-tenu de la situation difficile que nous avons vécu. D'ailleurs, nous allons capitaliser sur cette expérience en développant encore davantage les ventes en ligne et profiter de cette tendance du commerce sur Internet », constate, avec satisfaction le Directeur Général.

Il poursuit : « En ce qui concerne notre activité de restauration avec le Café Léoube, nous attendons les directives définitives de l'Administration pour savoir dans quelles conditions nous allons pouvoir rouvrir. On va faire un certain nombre d'efforts pour sauver notre saison touristique »

A contrario, l'activité viticole n'a pas cessé durant le confinement de la population.

« Comme chaque année, nous avons effectué le travail dans les vignes car la nature n'attend pas ! On a taillé les vignes, réalisé le palissage et nous sommes en train de faire l'ébourgeonnage, grâce à l'intervention de 25 saisonniers, qui viennent en renfort de nos 20 personnels. Pour l'instant, tout se passe bien et on enregistre aucun retard ».

REGLES D'HYGIENE STRICTES

Depuis que la sortie du confinement a été actée par le Gouvernement, le domaine a pris des mesures spécifiques pour adapter son fonctionnement aux consignes sanitaires en vigueur.

« Par exemple, au niveau du caveau, nous avons mis en place un sens de cheminement pour éviter que les clients ne se croisent et durant les achats, nous n'acceptons que 3 clients en même temps dans la boutique. Pour les dégustations, nous imposons le respect des distanciations physiques tandis que les clients ont à leur disposition du gel hydroalcoolique.

Pour les commandes, nous avons mis en place un drive sur le parking. Elles sont préparées par notre personnel, mais ce sont les clients qui chargent eux-mêmes les cartons dans leur véhicule. Évidemment, les chariots sont désinfectés après chaque utilisation. Rien n'est négligé en matière d'hygiène, mais nous étions déjà très vigilants auparavant », rappelle Jean Dubille !

Désormais, le responsable du domaine pense à l'avenir proche, avec dans le viseur la réouverture des cafés-restaurants et l'arrivée des premiers touristes, en provenance des zones classées « Vertes ».

« Suite à une réunion avec le maire de Bormes-les-Mimosas, le 12 mai, nous avons décidé avec nos voisins proches de ne pas rouvrir immédiatement nos parkings à la clientèle et d’attendre le 1er juin pour avoir le temps de nous organiser dans les meilleures conditions ». 

Au cours de cet entretien, chaque exploitant a présenté ses demandes et appris comment les choses allaient se passer pour la réouverture des plages.

« En ce qui concerne le café Léoube, nous ne souhaitons pas faire de la vente à emporter car cela entraîne des contraintes au niveau de l'hygiène. Si nous rouvrons le Café, il faudra embaucher une personne dédiée au nettoyage des toilettes, après chaque passage. Ce service a un coût et pour le rentabiliser nous serions obligés d'augmenter de 2 à 3 euros le prix du parking. Ce que nous ne souhaitons pas faire. A ce jour, nous prévoyons de limiter la capacité de notre parking et par la-même de notre restaurant. Dès que nous serons prêts à rouvrir, nous appliquerons strictement les consignes sanitaires édictées par le préfet », conclut Jean Dubille.

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures