Politique

Jean-Louis Masson, à la conquête de La Garde

Jean-Louis Masson : « Je ressens un grand besoin de protection de la part de nos concitoyens »

Dans le cadre de la prochaine élection municipale des 15 et 22 mars prochains, le 5 mars à 19 heures, Jean-Louis Masson donne rendez-vous à tous ses supporters pour un grand meeting de campagne, à la salle Gérard Philipe.

Au cours du prochain mandat, Jean-Louis Masson entend poursuivre la politique environnementale menée depuis 20 ans dans la commune, développer la police de sécurité du quotidien, ouvrir une maison de santé et démocratiser la culture, en menant une politique culturelle en lien avec la Métropole.

A la tête de la liste « La Garde, ensemble pour chacun et pour tous », Jean-louis Masson affiche une détermination sans faille, et se montre confiant dans la dernière ligne droite avant le rendez-vous du 1er tour de l'élection municipale.

Il répond aux questions de La Gazette du Var.

Comment abordez-vous ces 15 jours avant le 1er tour ?

Jean-Louis MASSON. Tout d'abord, je souhaite remercier tous ceux qui m'accompagnent dans ma vie politique depuis 20 ans et qui me sont d'une loyauté parfaite. Avec eux, j'ai contribué à l'essor de la ville de La Garde. Cette ville que Maurice Delplace s'était attaché à développer.

Aujourd'hui, dans la droite ligne de ce qui a été fait ces vingt dernières années, je m'attache à toujours développer la ville avec de nouveaux projets, pour qu'elle reste une ville phare du département.

Je souhaite également saluer ceux qui ont rejoint mon équipe et qui participent au renouvellement de ma liste. En effet, de l'équipe de 2001, nous ne sommes plus que trois à savoir Hélène Bill, Franck Chouquet et moi-même.

Je veux remercier ceux qui m'ont accompagné durant les mandats de 2001 et 2014 et saluer l'engagement politique de ceux qui sont à mes côtés pour ce nouveau combat.

Je constate qu'il y a parmi notre liste des jeunes voire des très jeunes candidats, ce qui me touche particulièrement. Cela démontre également que le projet que nous défendons est moderne.

"TANT QUE JE SERAI MAIRE, LE PARKING GÉRARD PHILIPE RESTERA GRATUIT"

Que ressentez-vous en allant à la rencontre de vos électeurs ?

JLM. Je ressens de la part de nos concitoyens un grand besoin de protection. Nos concitoyens sont inquiets vis à vis de la politique conduite par Emmanuel Macron. Je ressens un besoin d'un retour aux certitudes locales sur lesquelles nos concitoyens peuvent d'appuyer. Je constate beaucoup d'amateurisme au niveau du gouvernement ou des parlementaires de la majorité. C'est pour cela que les électeurs réclament de la sécurité au plan local. C'est d'ailleurs la qualité et la solidité de notre programme qui les rassurent.

Que de chemin parcouru depuis 2002 ?

JLM. En effet. Et, c'est pourquoi je souhaite remercier le soutien indéfectible d'Hubert Falco, avec qui nous avons construit la Métropole. Aujourd'hui, une commune ne peut plus se résumer à elle-même. Elle ne peut se développer qu'en prenant en compte le bassin de vie dans laquelle elle se trouve. C'est ainsi que notre Métropole est devenue la 14ème Métropole de France !

Les personnalités qui m'accompagnent dans cette élection municipale sont convaincues du bien fondé de notre démarche. A ce titre, je remercie Jean-Pierre Giran, l'ancien député de Hyères, qui a toujours été à mes côtés et à mon écoute et disponible pour m'apporter les conseils dont j'avais besoin après mon élection en tant que député de la 3ème circonscription.

Au niveau de la ville, quelle action emblématique retenez-vous ?

JLM. Depuis 20 ans, nous avons construit une politique environnementale forte, en ayant recours, bien avant que cela soit à la mode, à la construction de bâtiments innovants et favorisant les énergies renouvelables.

Ces 20 dernières années, on n'a cessé de poursuivre cette politique en matière d'environnement à tous les niveaux (tri sélectif, lampe à basse intensité pour l'éclairage public, création de plusieurs parcs urbains dont le dernier en date est le parc Ellouin).

Nous avons finalisé le parc nature du Plan, qui sera ouvert au public au début du prochain mandat. Le parc, ce sont 128 hectares d'espaces protégés. Ce dossier a nécessité plus de 16 ans de travail en collaboration avec le Conseil Départemental. Ce parc a toujours reçu le soutien de Marc Giraud, son président.

Quels autres exemples encore ?

JLM. L'ouverture de la maison Marie Curie qui vient d'accueillir ses premiers résidents, construite en contrebas de la colline du Thouar, un bâtiment à énergie positive qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme !

Dans le domaine environnemental au sens large, nous avons beaucoup d'avance et nous allons continuer avec de nouveaux objectifs : politique zéro plastique, généralisation du photovoltaïque pour les bâtiments communaux, désimperméabilisation des espaces publics, partout où cela sera possible, préservation des espaces naturels caractéristiques tels que la falaise de Massacran, mise en valeur de l'espace classé du Thouar, etc. Nous souhaitons également sanctuariser les espaces naturels et agricoles au maximum.

Que prévoyez-vous en termes de sécurité publique ?

JLM. A La Garde, depuis 20 ans, on s'est toujours distingué et d'ailleurs en 2005 nous avons été distingué par le président Chirac pour notre action municipale en matière de sécurité publique. Nous avons procédé à l'installation d'un commissariat de police, et modernisé la police municipale. Nous avons développé la vidéo-protection. Tous ces efforts ont contribué à une forme de paix publique, même si bien sûr, toute la délinquance, notamment la petite délinquance, celle qui empoisonne le plus la vie de nos concitoyens, n'a pas été éradiquée en totalité !

Mais dans ce domaine, nous voulons aller encore plus loin, notamment en renforçant la coopération entre les polices nationale et municipale et tous les acteurs qui concourent à la sécurité, c'est à dire l’Éducation nationale, les bailleurs sociaux, le réseau Mistral et les associations.

Nous souhaitons développer la police de sécurité du quotidien en investissant davantage dans le contact avec les citoyens et que notre action soit appropriée par tous.

Et tant que je serai maire, le parking Gérard Philipe restera gratuit.

Je le dis sur une note d'humour car j'aimerai que les électeurs ne votent pas pour nous que pour cette gratuité !

Quels sont vos autres projets pour la ville ?

JLM. Nous souhaitons développer une maison de santé, qui accueillera les professionnels de santé et qui favorisera une mise en réseau de tous les acteurs de la santé (médecins, infirmiers, spécialistes, etc.). Cette maison aura un rôle physique mais aussi virtuel et servira de facilitateur pour les usagers qui pourront ainsi obtenir un rendez-vous avec un médecin. Mais attention, cette maison de santé ne sera pas un dispensaire comme les lieux que nous avons connu dans les années 70.

Dans le domaine social, nous allons également ouvrir une nouvelle crèche.

En termes d'investissements publics, quels sont les points à retenir ?

JLM. Tout d'abord, nous avons un projet de centre culturel à partir de la rénovation et de l'extension du complexe Gérard Philipe. Ces travaux doivent accompagner une politique culturelle plus ouverte et moins élitiste qui s'adressera à un plus grand nombre. Je veux démocratiser la culture, en menant une politique culturelle en lien avec la Métropole. En plus de l’agrandissement de Gérard Philipe, nous allons conserver le théâtre du Rocher pour qu’il puisse accueillir des associations culturelles émergentes.

Un maire, c'est aussi un gestionnaire ?

JLM. C'est très important de s'attacher avec beaucoup de sérieux aux finances de la commune.

En vingt ans, nous avons investi un peu plus de 230 millions d'€, sans jamais avoir augmenté les taux d'imposition et en réduisant très fortement l'endettement de la commune qui est passé de 30 millions d'€ en 2001 à 5 millions d'€ aujourd'hui !

Quand on dit cela, on suscite parfois la crédulité de nos interlocuteurs ! Surtout quand on connaît le niveau d'endettement abyssal de l’État ! Mais, nous avons réussi cet exercice. Sur ce plan, nous avons été meilleurs que les équipes précédentes.

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

 

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures