Politique

La Roquebrussanne que nous voulons

A l'occasion des prochaines élections municipales de mars 2020, Lionel Brouquier, élu de l'équipe sortante depuis 2008 et premier adjoint au maire depuis 2024, mais adversaire du maire actuel, milite pour « une démarche collective ».

Lionel Brouquier répond aux questions de La Gazette du Var.

Pourquoi vous présentez-vous contre le maire sortant à ces élections municipales ?

Lionel BROUQUIER. La raison principale de ma candidature, après la décision du collectif sans étiquette politique que je représente, émane d'une trop grande divergence dans la conception du fonctionnement de la municipalité actuelle. Elle réduit la décision municipale au seul choix du maire ou d'un petit comité. Pour notre part, nous souhaitons nous engager pour une gouvernance plus horizontale et collaborative, tant au sein de l'équipe municipale qu'avec la population. Aujourd'hui, avec ce collectif de Roquiers, nous voulons être présents au quotidien auprès des administrés et souhaitons remettre les citoyens au centre de l'action municipale. Il faut intégrer à la gestion quotidienne de la commune un processus permettant la participation du plus grand nombre à l'élaboration des décisions. Notre objectif est d'instaurer une réelle démocratie locale, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la vie politique de notre commune.

Lors du dernier Conseil Municipal du 20 janvier dernier, le maire sortant avait mis à l'ordre du jour le vote du retrait de votre poste d'adjoint et de celui d'une de vos colistières...

LB. Effectivement, après nous avoir enlevé nos délégations, il a voulu nous discréditer en nous enlevant la fonction que nous avait confié le Conseil Municipal. Mais la majorité des élus ne l'a pas suivi et a voté contre sa proposition, par neuf voix contre sept ! Quel désaveu !
Il a tenté de me discréditer parce que je me présente contre lui aux élections municipales.

Il a donc été mis en minorité par son propre Conseil Municipal ?

LB. Oui. Je n'ai pas été élu pour exécuter les vœux du maire mais pour prendre ma part dans un Conseil Municipal qui travaille et dont la mission est aussi de veiller à ce qu'il n'y ait pas un exercice personnalisé ou individuel du pouvoir par le maire. C'est parce que je dénonce les méthodes individualistes du maire que je me dois de poursuivre mon mandat jusqu'à son terme. Démissionner, ce qu'espérait le maire sortant, aurait été incohérent par rapport à ces dénonciations de l'exercice du pouvoir. Je n'ai plus de délégations et donc plus d'indemnité, mais je reste premier adjoint et officier d'état civil.

Quel est votre projet pour La Roquebrussanne ?

LB. Mon équipe et moi-même souhaitons mettre en valeur les richesses naturelles et historiques de notre beau village, pour le bien-être de ses habitants, et pour le faire rayonner à l'extérieur. Nous enrichirons et redynamiserons ensemble La Roquebrussanne, à travers une économie de proximité, sociale et solidaire, soucieuse du développement durable. Nous préserverons et mettrons en valeur notre espace naturel à travers une politique de développement maîtrisée, soucieuse du centre-ville comme de sa périphérie, pouvant être inspirée par les projets des citoyens eux-mêmes.

Comment voyez-vous l'avenir de la commune ?

LB. Nous poursuivrons le développement d'une politique respectueuse de l'environnement dans tous les domaines de la vie publique et amorcerons une réelle transition écologique. Nous donnerons à chaque génération ce qu'elle est en droit d'attendre tout en assurant l’intergénérationnel qui les transcende. Nous promouvrons le bien-être ensemble en accompagnant les efforts solidaires de tous pour tous. Nous nous inscrivons dans cette démarche et partageons avec tous cet idéal pour La Roquebrussanne. Notre collectif est riche en expériences humaines et professionnelles.
Le pouvoir pour le pouvoir ne nous intéresse pas. Nous n'avons aucun intérêt particulier à défendre. Notre priorité, c'est l'accomplissement de l'intérêt général servi par une démocratie participative.

Enfin, pour celles et ceux qui souhaitent nous contacter, nous avons créé une page FACEBOOK « La Roque Que Nous Voulons » et un site internet www.laroquequenousvoulons.frwww.laroquequenousvoulons.fr.

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures