Economie, Le Pradet

Le Pradet

Hervé Stassinos : « Anticipation et adaptation, la Ville mobilisée face à la crise »

Hervé Stassinos, maire du Pradet, revient sur les actions mises en place par la Ville lors de la période de confinement. Désormais, le premier magistrat se focalise sur la réussite de la sortie du confinement.

Hervé Stassinos répond aux questions de La Gazette du Var.

Comment s'est déroulée la période de confinement ?

Hervé STASSINOS. Lors de la phase de confinement, il a fallu mettre en place des solutions alternatives pour les besoins de première nécessité. Une étroite collaboration a été décidée avec les différents intervenants et notamment les commerçants qui étaient mobilisés pour maintenir un lien social et pourvoir aux besoins des personnes les plus fragiles.

Comment avez-vous géré la situation au niveau du personnel communal ?
HS.
Tous les agents étaient mobilisés. Les mesures nécessaires ont été instaurées pour assurer leurs missions en favorisant le télétravail et des astreintes, et pour permettre aux Pradétans de réaliser les démarches urgentes et limiter l'impact de cette pandémie sur leur cadre de vie.
Les missions de salubrité (nettoiement des rues), l'entretien des espaces verts et le petit entretien de voirie ont été assurés par les services techniques, en effectif réduit, dans le respect des gestes barrières. Sur le terrain 7 jours sur 7, les équipes de la Police municipale ont assuré une surveillance accrue de la commune, en plus de leurs missions récurrentes, avec l'application de l'interdiction d'accès aux plages, des pistes forestières, des espaces naturels de la commune, des parkings environnants et la mise en place de contrôles routiers. Dès l'annonce de la fermeture des établissements scolaires et des crèches, des procédures d'accueil des enfants des personnels soignants ont été instaurées. Tous les enfants dont les membres de la famille étaient réquisitionnés, ont été accueillis au sein des écoles ou de la crèche municipale.

Et, au niveau des personnes les plus fragiles ?

HS. Il était important de prendre soin les uns des autres et de mettre en place les mesures pour lutter contre l'isolement.
La mairie et le CCAS se sont mobilisés au service des seniors durant cette période critique où la solitude s'ajoutait à la peur de la pandémie. Les équipes du CCAS ont contacté les personnes bénéficiant d'un plan d'aide au titre de l'Allocation Personnalisée à l'Autonomie (APA) et celles inscrites sur le registre des personnes contactées en cas de déclenchement du « Plan bleu ». Nos équipes ont aussi développé le service de portage de repas aux seniors.

La Ville a également soutenu l’activité économique ?

HS. En collaboration avec les commerçants, nous avons édité une plaquette « Le Pradet se mobilise » dans laquelle étaient recensés tous les commerces ouverts, avec vente sur place ou par livraison. Nous avons mis en place un drive avec les producteurs locaux. Au niveau économique, la Ville a versé aux associations les subventions nécessaires à leur fonctionnement, afin de limiter l'impact de cette crise pour leurs adhérents qui pourront retrouver leurs activités dès que le Gouvernement donnera son feu vert.

De même, la commune a décidé de ne pas faire payer de loyer aux agriculteurs et commerçants qui en sont redevables sur tout le temps du confinement, et de renoncer aux taxes liées à l'occupation du domaine public pour les commerçants bénéficiant de terrasses au titre de l'année 2020.

Nous avons fait un don à l'association des infirmières et infirmiers libéraux de la ville : 1 000 gants, 200 kits combinaisons, 60 litres de gel, 1 000 tabliers et 500 charlottes. Et, un don de 24 litres de gel hydroalcoolique et de 800 gants a été fait à la Police nationale pour lui permettre d'assurer ses missions en toute sécurité.

La Ville s'est illustrée par sa réactivité et son action ?
HS.
Face à cette crise sans précédent, les maîtres mots de notre action étaient anticipation et adaptation. Nous avons mis en place, dès les premiers jours, une cellule de crise et nous étions sur le terrain et au plus près des attentes des Pradétans, dans le plus grand respect des gestes barrières. La Ville s'est adaptée au jour le jour pour répondre aux besoins de la population. Et, l'organisation mêlant les élus, les fonctionnaires, les associations et les commerçants a fonctionné parfaitement.

Avec du recul, auriez-vous fait les choses autrement ?

HS. Si c'était à refaire, nous procéderions de la même façon. Avec mon équipe, nous avons eu le courage de prendre des décisions et de les assumer. Nous avons beaucoup de retours très positifs, énormément de messages chaleureux et de remerciements. J'ai le sentiment d'avoir accompli notre mission, celle de protéger la population.

Comment avez-vous préparé la sortie du confinement ?
HS
. Comme pour la période du confinement, nous sommes toujours sur le terrain à l'écoute des Pradétans. Nous avons revu l'organisation de l'accueil en mairie afin de protéger nos agents et les citoyens, avec la création de trois box d'accueil désinfectés avant et après l'accueil du public, la fourniture de masques chirurgicaux au personnel communal, l'aménagement de l'accueil et la continuité du télétravail quand cela est possible. Nous avons travaillé en collaboration avec les services de la Préfecture. Ce qui nous a permis de rouvrir nos cinq plages en statiques. Et, nous avons distribué des masques de fabrication française et aux normes AFNOR à toute la population. En porte à porte pour les personnes les plus fragiles et grâce à un système de drive pour les autres.

Pour la rentrée scolaire, quels étaient les moyens mis en place ?

HS. Il fallait soutenir le personnel de l’Éducation nationale. Tous les agents des écoles et des services techniques ont été mobilisés pour assurer une bonne rentrée à tous. Les services techniques ont procédé à la désinfection des écoles et sont intervenus pour l'aménagement des espaces (barrières, balisage, marquage au sol, condamnation d'un WC sur deux) afin de garantir un accueil dans le strict respect des règles de sécurité. Le service de cantine est assuré pour les enfants présents avec un respect des distanciations et désinfection entre les services. Nous avons maintenu le principe de repas chaud, préparé sur place par le personnel communal, gage de qualité et de sécurité, tout comme le périscolaire du soir avec un encadrement renforcé afin d'accueillir les enfants par petits groupes fixes, en leur proposant des activités adaptées avec respect du protocole sanitaire.

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures