Politique, La Garde

Municipales La Garde

Jean-Louis Masson : « Une équipe alliant des élus expérimentés et de jeunes candidats dynamiques »

Nous venons de vivre une crise sanitaire sans précédent et le coût économique et social s'annonce malheureusement très lourd. Voilà ce qui conditionne cette élection municipale du 28 juin prochain.

Pour Jean-Louis Masson : « Plus que jamais l'expérience va compter dans l'action publique ».

Comment se présente la campagne électorale pour ce second tour ?

Jean-Louis MASSON. 

J'affronte cette compétition électorale avec réalisme et un grand sens des responsabilités et j'ai souhaité rassembler une équipe alliant des élus expérimentés et de jeunes candidats dynamiques et compétents. C'est avec cette addition de diversités que nous nous préparons, si nous sommes élus, à affronter cette mauvaise conjoncture.

Il me semble que tous les candidats devraient prendre de la hauteur et réfléchir sur notre avenir commun plutôt que mettre en avant des querelles diverses. Oui au débat de propositions, non aux attaques personnelles qui n'intéressent pas les électeurs.

La leçon d'un scrutin est toujours la même, on rassemble sur un projet de territoire et non sur des invectives.

C'est donc un climat malsain qui prévaut dans la campagne ?

JLM : 

Cette campagne ne ressemble à aucune autre. Je rappelle que plus de 3 mois séparent le 1er du 2ème tour. C'est inédit. J'espère qu'au final, les projets portés par chacune des listes seront lisibles. Je propose que l'intérêt public soit mis au centre des débats. Il est inutile, me semble-t-il de vouloir répandre de fausses nouvelles car la vérité finit toujours par émerger. Il ne faut jamais prendre les électeurs pour des imbéciles.

Comment se présente votre équipe ?

JLM. C'est une équipe renouvelée comme je le disais en début d'interview. Un tiers d'élus sortants et deux tiers de nouveaux. Un rassemblement d'expériences et de sang neuf. Ce mélange est porteur d'espoir, la dynamique est perceptible, les gens que nous rencontrons nous le disent, "on a confiance, on croit en vous". Mon équipe est unie sur des valeurs communes, des valeurs centrées sur le respect des engagements et l'ambition de développer la ville dans la continuité de ce que nous avons fait depuis 2001. Je salue d'ailleurs le travail accompli par tous ceux qui se sont investis à mes côtés depuis.

Ce qui nous rassemble en fait c'est notre objectif commun, celui du collectif et de l'intérêt général. C'est la marque de fabrique de notre liste !

Quels sont vos projets pour la ville ?

JLM. Tout d'abord la bonne exécution budgétaire. C'est à dire la capacité à investir sans augmenter la pression fiscale ou en ayant toujours recours aux emprunts. C'est notre mode de gestion depuis 20 ans. Grâce à cela, nous avons absorbé la crise des années 2008 - 2009 et la forte baisse des subventions d'Etat qui dure depuis 2014.

Je rappelle que l'endettement de la Ville est de passé de 30 millions d'€ en 2001 à 5 millions d'€ aujourd'hui. Dans le même temps nous avons baissé nos taux d'imposition et investi chaque année 10 millions d'€ environ !

La bonne exécution budgétaire, c'est la base de toute bonne politique municipale !

Vous accordez beaucoup d'importance à l'environnement ?

JLM. 

Oui c'est exact. Nous avons mené une politique ambitieuse dans ce domaine : bâtiments publics à Haute Qualité Environnementale, éclairage public avec capteurs solaires, parcs urbains (Pouverel, Elluin, Allende, Veyret…), déplacements doux sur toutes les nouvelles avenues, giratoires, parking souterrain de 616 places pour éviter les stationnements anarchiques. Mais deux projets méritent d'être évoqués tout spécialement. Le premier c'est la résidence Marie Curie qui vient d'être inaugurée. Un bâtiment à énergie positive, c'est à dire qui produit plus d'énergie qu'il en consomme. J'y tenais beaucoup. Le deuxième n'est pas achevé, c'est l'aménagement d'un parc nature de 128 hectares dans le Plan avec étangs, sentiers et pistes cavalières, arborétum, maison de la nature... Je remercie à cet égard le Conseil Départemental qui est maître d'ouvrage et notamment son Président Marc Giraud qui m'a toujours épaulé depuis plus de 15 ans que je porte inlassablement ce dossier.

Et nous avons encore des projets dans ce domaine à mener tels que la mise en place de la 1ère ligne TCSP de La Seyne (Bois Sacré) à La Garde, l'aménagement de la villa Jeanne, le rachat de bois à inclure dans la forêt du Thouars.

Je veux dire enfin que je crois beaucoup à une écologie de progrès. Je condamne en revanche l'écologie punitive, celle des taxes et de la régression.

En termes d'environnement, votre action ne s'est pas arrêtée à la création de ce parc ?

JLM. En effet. Nous avons lancé la révision du PLU (plan local d'urbanisme) en 2016 pour sanctuariser davantage les espaces naturels et limiter la densification urbaine de la commune. Nous l'avons fait malgré les textes du Gouvernement qui accentuaient les possibilités de densification des espaces urbains, notamment par l'augmentation du coefficient d'occupation des sols ; Notre PLU est finalisé depuis fin 2019. Je le ferai adopter par la Métropole si nous sommes élus !

Pourtant, des projets de construction sont passés à travers les mailles du filet ?

JLM.  Oui c'est vrai. Il y a eu des projets qui ne nous convenaient pas. Nous avons refusé les permis de construire, les pétitionnaires ont saisi les juridictions administratives et nous avons perdu. C'est pourquoi nous avons durci notre PLU, pour bloquer les densifications urbaines dans nos quartiers résidentiel. Ce texte sert de référence par les tribunaux, il nous aidera donc à bloquer les densifications.

En termes culturels, quels sont vos projets ?

JLM. Nous allons transformer la salle Gérard Philippe en grande salle de spectacles. Mais nous nous attacherons à ce que le bâtiment soit respectueux des critères environnementaux, un bâtiment à énergie positive comme c'est le cas de la résidence Marie Curie est envisageable. Ce projet donnera un nouveau souffle à la politique culturelle. La programmation sera de meilleur niveau et l'ancien théâtre favorisera les troupes d'amateurs.

Enfin, comment envisagez-vous la politique de sécurité ?

JLM. Nous avons fait beaucoup dans ce domaine avec, notamment, le CLSPD (contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance), la vidéo protection et l'installation d'un commissariat de police à La Garde. C'est l'occasion de saluer tous les fonctionnaires de police qui font un travail exemplaire. Je les soutiendrai toujours, je n'oublie pas d'où je viens… 

Pour le mandat qui s'annonce je milite pour une Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) qui sera mise en œuvre avec tous les acteurs. Les policiers municipaux peuvent y avoir un rôle majeur. Nous ferons tout pour cela, y compris au niveau des ressources humaines, à cet égard l'augmentation des effectifs est envisagée.

Pour nous, une Police de Sécurité du Quotidien, c'est une police de contact, qui travaille à la sécurisation des quartiers, une police présente auprès de sa population. La PSQ, c'est une police de proximité et de contacts à base de patrouilles en voiture, à vélo ou à pied.

Notre inébranlable volonté est d'inscrire notre ville au rang des communes qui font référence dans le bien vivre, la réussite individuelle et la valorisation des biens communs. Voilà ce qui nous rassemble...

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures