Actualités, Politique

Christian Estrosi

Un plan régional de sécurité à 250 M€

Initiative régionale inédite en France

Le niveau de menace que nous connaissons est sans précédent. Il y a donc urgence à agir car, chaque jour, des innocents payent le prix fort de l’aveuglement idéologique de certains.
Il le dit sans détour : « Le Gouvernement ne peut plus, ne doit plus, refuser d’agir pour assurer la sécurité des Français ». C'est pourquoi le Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a dévoilé, le mardi 20 septembre, le Plan de Sécurité Intérieure Régional.

Pourquoi un plan de sécurité ?

Christian Estrosi. Puisque le Gouvernement refuse de prendre ses responsabilités, j’estime que nous, élus locaux, nous devons prendre les nôtres. Il ne s’agit en aucun cas de co-production mais d’une contribution que j’ai souhaitée forte. La sécurité est l’affaire de l’État. Il n’y a aucune ambiguïté là-dessus.

En tant qu’élu territorial, vous apportez une proposition de moyens forte à ceux qui en ont la charge.


CE. Je l’ai fait en tant que Président du Conseil général des Alpes-Maritimes, en soutenant la construction de quatorze gendarmeries, de deux Hôtels de Police et d’une base hélicoptère pour plus de 121 millions d’euros d’investissements.
Je l’ai fait en tant que maire de Nice, lorsque j’ai installé plus de 1 500 caméras à Nice que la Police nationale peut utiliser et sur lesquelles elle peut prendre la main. Je le fais aujourd’hui en tant que Président de Région, en respectant ma parole donnée de candidat.

A quel moment ce Plan a-t-il pris corps ?

CE. Au lendemain des attentats de Paris et de Saint-Denis, alors que nous étions en pleine campagne des élections régionales, avec ce qui était à l’époque ma future majorité, nous avons donc bâti un bouclier sécurité. Nous nous étions engagés sur un bouclier de 250 millions d’euros sur la mandature.

Pouvez-vous nous décliner les principales mesures ?

CE. Le Gouvernement abandonne les communes, nous, nous les soutenons ! Nous lançons un Fonds régional d’équipement des Polices municipales (gilets pare-balles, véhicules, caméras ...), doté de 6 millions d’euros. Les appels à projets seront lancés d’ici la fin de l’année.
Je veux redire tout mon soutien à l’action, à l’engagement de nos polices municipales dont le travail n’est pas reconnu à sa juste valeur !
Nous lançons également un fonds régional de déploiement de la vidéo-protection, à destination des communes et EPCI, doté de 20 millions d’euros. Il viendra en complément de celui de l’État. Il pourra financer jusqu’à 30% des projets de rajout de caméra et 50 % pour les premiers équipements d’une commune (CSU, installation des structures et réseaux etc). Là encore, les appels à projets seront lancés sous 3 mois. Le Gouvernement abandonne les forces de l’ordre, nous, nous les soutenons ! Nous allons participer à la construction de casernes de gendarmerie et de commissariats de la Police nationale pour plus de 20 millions d’euros. Il faut en finir avec l’état de délabrement de certains équipements. Pour chaque projet, nous financerons entre 20 et 30 % du montant total. Par ailleurs, 6 millions d'euros permettront de rénover des casernes et des commissariats.

Et pour le Var ?

CE. Quelques projets de gendarmeries ont déjà été arrêtés pour 2017 :
Puget-sur-Argens, et bien sûr, La Crau. Le projet de La Crau comprend une brigade territoriale autonome de 20 gendarmes (1 officier, 17 sous-officiers et 2 gendarmes adjoints volontaires) avec 20 logements.

Au niveau des transports en commun ?

CE. Le Gouvernement abandonne les voyageurs qui souffrent de l’insécurité dans les transports, nous, nous les soutenons.
Nous investissons 44 millions d’euros pour renforcer la présence humaine dans nos transports régionaux. Nous allons créer des Équipes Mobiles d’Intervention avec plus de 200 agents pour renforcer la sécurité des passagers, constituées d’agents de sûreté, de contrôleurs, d’agents d’escale...

Avec une grande nouveauté aussi ?

CE. En effet, nous allons permettre aux 77 000 agents des forces de l’ordre de Provence-Alpes-Côte d’Azur (policiers nationaux et municipaux, gendarmes, militaires, pompiers professionnels et volontaires, marins pompiers, douaniers...) de circuler gratuitement dans les transports en commun de la région (TER, LER et CFP) sur leur trajet domicile travail en lançant le Pass Sûreté, qu'ils peuvent retirer depuis le 1er octobre dans n’importe quel guichet SNCF, avec un simple justificatif de domicile et une carte professionnelle. Nous devons inciter nos forces de sûreté à utiliser les transports en commun pour renforcer notre sécurité !

Quelles autres mesures prenez-vous ?

CE. Nous allons également consacrer 9 millions d’euros au renforcement de la lutte contre les incivilités dans les gares et les TER. Un programme de déploiement de la vidéo-protection ambitieux pour lequel nous consacrons 7 millions d’euros entre 2016 et 2017. Les nouvelles rames de TER sont toutes équipées, de caméras de vidéo-protection. Ceci représente plus de 1 300 caméras embarquées.
Aujourd’hui, ce sont 22 gares qui sont équipées pour un total de 840 caméras sur l’ensemble du réseau. Nous avons construit deux Centres de supervision en gare de Marseille Saint-Charles et de Nice-ville. Ils sont opérationnels, 7 jours sur 7, depuis cet été.

 Propos recueillis par Gilles Carvoyeur

 

 

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures