Economie

Salon de la rénovation énergétique

La Métropole, acteur capital de la transition énergétique

A La Garde, les 18 et 19 mai, avec le 1er rendez-vous de la rénovation énergétique, organisé sur le territoire de la Métropole, l'habitat est, maintenant, au cœur des enjeux de la transition énergétique.

Dans le cadre de sa politique d'intervention en matière d'habitat privé, la Métropole TPM poursuit son engagement à la bonne mise en œuvre de la transition énergétique. Ce salon a permis aux propriétaires occupants, propriétaires bailleurs, copropriétaires, de rencontrer professionnels et acteurs du territoire pour accompagner dans la rénovation de votre logement.

Selon Jean-Louis Masson, député du Var : « La Garde, la ville la plus industrielle de la Métropole est engagée, depuis longtemps, dans les économies d'énergie. Ce n'est donc pas par hasard, que la Métropole ait choisie La Garde. C'est un choix judicieux. Nous allons construire un bâtiment à énergie positive. A mes yeux, c'est important car il nous faut sauver la planète. Nous le pourrons car nous avons des entreprises de très haute performance. C'est un secteur porteur d'avenir pour la prospérité de nos entreprises et pour accompagner l'avenir de notre planète ».

UN ENJEU MAJEUR POUR LA METROPOLE

Pour Gilles Vincent, vice-président de TPM, en charge de la commission environnement et développement durable, maire de Saint-Mandrier-sur-Mer : « Avec 38% des consommateurs énergétiques sur le territoire de la Métropole, hors activités industrielles, dont près de la moitié est affectée au chauffage et à la climatisation, le parc résidentiel constitue un enjeu majeur pour la Métropole ».

En effet, depuis la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, la Métropole est compétente pour accompagner les transformations du système de production, de distribution et de consommation d’énergies dans le but de diminuer l’impact environnemental sur le territoire.

Le vice-président de la Métropole expliquait : « Compte tenu de ces enjeux, nous n’avons donc pas attendu le Plan Climat du Ministre, annoncé le 26 avril, pour proposer une action publique forte. D’abord, cet engagement est inscrit dans le Plan Climat Air Énergie Territorial, en voie de finalisation. Il sera mis à disposition au public début 2019. Ensuite, la Métropole, accompagnée de la Région et de l’ADEME, a mis en place une plateforme locale de la Rénovation Énergétique avec un opérateur spécialisé (CITEMETRIE) afin d’accompagner les administrés dans leur projet de rénovation énergétique ».

Cette action vise également à dynamiser le tissu économique local grâce à un partenariat avec la Délégation Varoise de la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat qui va dédier un animateur sur le territoire de la Métropole. L’objectif porte sur l’animation de la filière professionnelle et le référencement autour de la plateforme des acteurs économiques présents sur le territoire.

« En proposant avec la Chambre des Métiers du Var ce premier rendez-vous de la rénovation énergétique, la Métropole confirme sa politique volontariste d’accompagnement qui incitera les ménages à réaliser les travaux nécessaires pour répondre aux objectifs fixés. Plus de 3 000 ménages devront être accompagnés dans le cadre de leur projet de rénovation énergétique d’ici fin 2020. Nous souhaitons également fédérer la filière professionnelle de la rénovation autour de ce projet ambitieux de guichet unique ».

DE PLUS EN PLUS DE CONTRAINTES

De son côté, Hélène Audibert, conseiller métropolitain et membre de la commission habitat et politique de la ville, a rappelé les enjeux : « Entre 2013 et 2018, plusieurs lois européennes et nationales ont imposé leurs empreintes sur l’action à mettre en œuvre pour opérer cette transition énergétique – les entreprises ont évolué dans leurs pratiques et tentent de maîtriser au mieux leur demande – les particuliers aussi sont concernés car face aux contraintes de plus en plus prégnantes pesant sur le budget mensuel des Français la maîtrise de la dépense énergétique est devenue un enjeu social, notamment pour les plus précaires ».

Bref, la mise en œuvre de la transition énergétique s’inscrit dans un processus portant sur plusieurs décennies.

Pour Hélène Audibert : « Elle nécessite une gouvernance inédite car elle doit perdurer et se décliner territorialement mais elle doit également associer des partenaires qui n’avaient pas d’habitude de travailler ensemble. La transition énergétique passe aussi par une action au plus près des citoyens, des entreprises et des collectivités pour maîtriser la demande. Enfin, la stratégique de transition énergétique portée par un pays doit être capable d’évoluer, de s’adapter aux incertitudes de l’avenir, de s’évaluer pour se repositionner vers des chemins possibles et accélérant ce processus ».

En articulant sa politique de l’environnement et sa politique de l’habitat, la Métropole inscrit son action publique dans le processus de transition énergétique. Cette réponse passe par le déploiement du dispositif BIEN CHEZ SOI avec l’opérateur CITEMETRIE qui accompagnera les ménages dans leur projet de rénovation et d’amélioration du logement (hors secteurs OPAH).

« Ce premier rendez-vous de la rénovation mettait en avant le travail d’animation que la Métropole mène auprès des partenaires institutionnels et professionnels pour assurer et garantir au tissu économique local de la visibilité et une dynamique de marché. L’ambition de la Métropole est bien de démultiplier les projets de rénovation sur le territoire mais également de soutenir l’activité locale du secteur du bâtiment par une simplification des démarches menées dans le cadre d’un projet de rénovation et une valorisation des acteurs de qualité impliqués dans ce type de projet », confirmait Hélène Audibert.

Ainsi, le 29 septembre 2017, la Métropole a signé une convention de partenariat avec la Chambre des Métiers visant à lui confier le volet « animation professionnelle et organisation de la filière » dans le cadre du dispositif BIEN CHEZ SOI. Sur le terrain, un travail collaboratif entre la Métropole, la CMA, la Fédération du BTP ainsi que la CAPEB a permis d’établir une charte d’engagement. « Ce document est un préalable à toute volonté de partenariat entre les acteurs de la filière professionnelle et BIEN CHEZ SOI et définit les engagements réciproques entre cette dernière et ses partenaires. Elle a pour objet le référencement des entreprises artisanales par les qualifications et les certifications qui devront être attestées », assurait l'élue toulonnaise.

Cette implication dans la structuration de l'offre de services permettant de stimuler le marché économique local, est un enjeu économique fondamental pour le territoire, sa croissance et son attractivité.

STIMULATION DU MARCHE

Afin de soutenir l'activité et stimuler le marché de la rénovation des bâtiments, la CMAR PACA a mis en place le dispositif Rénover+. « Avec ce programme, les artisans bénéficient de l’accompagnement des conseillers de la Chambre de métiers, sur l’ensemble de la région (Entretien-conseils, identification des axes de développement, mise en relation avec les partenaires spécialisés), ainsi que des animations locales pour favoriser les rencontres et l’échange inter-entreprises (ateliers, clubs, réseaux, rencontres, manifestations) », précisait Roland Rolfo, président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat du Var.

Il ajoutait : « C’est un marché en plein essor, dont les PME profitent, compte tenu de l’adaptation des logements à réaliser sur le territoire. C’est un marché qui valorise la coopération entre les métiers du bâtiment. Il s’appuie sur le numérique, les énergies renouvelables et attire de nombreux talents. En outre, c’est un marché qui fait du bien à la planète avec une image éco - responsable. En œuvrant pour la rénovation énergétique, les artisans valorisent le patrimoine immobilier et augmentent le confort des clients (gain financier sur les factures d’électricité, de bois, de gaz et de fioul) ».

Une récente analyse de la cellule économique régionale PACA montre que les ménages ayant engagés des travaux de rénovation énergétique sur le territoire de la Métropole, entre 2013-2014, ont générés un chiffre d’affaires de 64 millions d’€ pour l'économie locale.

Aussi, ce rendez-vous de la rénovation était une première réponse à la stimulation de ce marché pour offrir en un même lieu une réponse globale avec des artisans, des entreprises, des banques, et des partenaires institutionnels : GRDF, ENEDIS, ADIL, ACTION LOGEMENT, CMA, Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment du Var (CAPEB 83), Fédération Française du Bâtiment du Var (FBTP 83), Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement du Var (CAUE Var) et Syndicat des architectes.

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

 

 

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures