Actualités

Tourisme région Sud

François de Canson : « En région Sud, les résultats du tourisme sont en progression constante »

Le président du Comité Régional de Tourisme (CRT), s'exprimait devant un parterre de journalistes et de responsables du tourisme, à l'occasion d'une conférence de presse, le 19 septembre, à Marseille.

Alors que la haute saison estivale s’achève, le Comité Régional de Tourisme et ses partenaires ont dressé un premier bilan de l’été. Dans le cadre du programme « Une COP d’avance » de la Région, cette conférence était l’occasion de faire le point sur la stratégie de développement de l’économie touristique autour de l’exigence environnementale, et de présenter une première mondiale de régulation de flux touristique avec le premier partenariat entre une destination et l’application de GPS communautaire WAZE.

PROGRESSION DE L'ECONOMIE TOURISTIQUE

En commentant le bilan estival, François de Canson se montrait satisfait : « Malgré les effets persistants de la canicule, le bilan de la saison est jugé globalement réussi, voire très réussi, par 71% des professionnels. Aujourd'hui, il faut trouver le bon équilibre pour réussir tous ensemble. Mais, ce que je vais vous dire, c'est déjà le sourire, car en région Sud, les résultats ne cessent de progresser. Cet été peut donc être considéré comme un été normal, avec une légère progression de l'économie touristique en haute saison. Cette tendance correspond à notre stratégie de développer notre économie touristique en favorisant l'étalement de la fréquentation dans l'espace et dans le temps pour limiter son impact sur l'environnement ».

Avec 31 millions de touristes accueillis sur une année, et 18,9 milliards d'€ de revenus, le poids du tourisme représente 13 % du PIB régional, 25 000 entreprises TPE/PME 660 000 lits touristiques marchands (2 000 hôtels, 700 campings, 420 résidences de commerce), plus de 500 000 résidences secondaires (dont 85 000 détenues par des étrangers). Le Sud est donc la première région de France en matière touristique avec environ plus de 150 000 annonces entre particuliers (type AirBnB). C'est également la première région française d'accueil des touristes internationaux après Paris - Île de France, et la première pour le poids de l'économie touristique dans son PIB après la Corse. Bref, il représente un réel vivier d'emploi et de stabilité, marqué par la saisonnalité et des métiers en très forte tension.

DIFFICULTES DE RECRUTEMENT

Le tourisme dans la région, ce sont 143 000 emplois soit 7,5% du total des emplois de la région - non délocalisables par essence ! Au total, ce sont 300 000 personnes qui vivent de l'activité touristique en région Sud. 11% des emplois dans le commerce sont liés au tourisme. Mais, c'est un secteur d'emploi marqué par la saisonnalité et des métiers en forte tension. Bien que la saisonnalité de l'activité se lisse au fil des années, elle reste toujours prégnante. Ainsi, les emplois salariés dans le tourisme varient entre 82 000 en période basse (octobre/novembre) jusqu'à plus de 160 000 en période estivale, période de pointe. Cet écart est pour majeure partie compensé par des emplois saisonniers.

Navré, le président du CRT a fait ce constat : « Cependant, dans une région où le taux de chômage des 15-24 ans est de 26%, où un jeune sur 5 n'est ni en emploi ni en formation, et où 24% des jeunes de 15 à 29 ans sont sans qualification, je ne peux pas accepter que sur 43 000 postes ouverts cette année plus de 45 % présentent des difficultés de recrutement ! Et, parallèlement, nos métiers de l'hôtellerie restauration sont dans le TOP 10 des métiers en tension. Un gâchis humain, une aberration économique qui ne peut laisser indifférent. C'est pourquoi, la Région Sud est pilote pour la mise en œuvre d'une plateforme au service de l'emploi et des compétences dans le secteur du tourisme. La Région détient la compétence formation, investissant déjà plus de 5 millions d'€ pour soutenir la formation professionnelle dans le tourisme ! Nous allons aller encore plus loin dans cette filière stratégique ».

DEVELOPPER L'ECONOMIE TOURISTIQUE

Mais pas à n'importe quel prix, pour le président du CRT : « Je l'ai dit nous portons le tourisme dans notre ADN, nos territoires sont bénis des Dieux, plus 300 jours de soleil par an, 1 000 km de côtes, 50 % d'espaces boisés, des parcs régionaux, des parcs nationaux, des stations de ski, des plages de sable blanc, des criques époustouflantes, des lavandes, du mimosa, des citrons, des cartes postales en enfilade et surtout une population d'accueillants historiques. Nous avons compris depuis bien longtemps que le tourisme ne peut pas être considéré comme une rente naturelle de cet écrin magnifique qui nous est confié » !

Il ajoutait : « Le tourisme doit être pensé, travaillé et promu comme un allié de la préservation des écosystèmes économiques, sociaux et environnementaux. Quand le tourisme concentre 13% de notre PIB, il contribue à hauteur de près de 19 milliards à notre économie régionale. 143 000 emplois non délocalisables, avec de réelles perspectives d'évolution au regard du développement des saisons plus larges vers lesquelles nous tendons, c'est une réalité d'attractivité et d'ancrage territorial des populations. De plus, l'activité doit servir au maintien de la vie locale et au développement harmonieux et équilibré du territoire. C'est un vecteur fort de rayonnement de la culture et des traditions. C'est cette expérience du vrai que nos visiteurs viennent chercher, il est hors de question de se travestir. Nos 3 marques monde en sont le parfait reflet ».

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR, envoyé spécial à MARSEILLE

 

PREMIÈRE MONDIALE : L'EXPÉRIMENTATION AVEC WAZE

Pour la première fois, une destination lance un partenariat avec le leader mondial de la navigation GPS, pour mieux gérer les flux touristiques et proposer des lieux alternatifs proches quand certaines offres sont saturées. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, le tourisme est diffus, épars, itinérant. Les 31 millions de visiteurs ne se concentrent pas exclusivement sur Marseille ou Nice. Aussi, les phénomènes de grande fréquentation qui existent sont eux-mêmes diffus, répartis sur l'ensemble du territoire, et se concentrent sur des périodes bien identifiées. Ces caractéristiques protègent la filière des drames liés à l'overtourisme qui faisaient la une de nombreux journaux, cet été. C'est donc une logique de sites qui amène le CRT à cette expérimentation afin d'optimiser la fréquentation de certains sites en tension qui n'est rien de plus qu'un problème d'excédent de volume de visiteurs à un instant précis sur un même lieu quand des alternatives existent en termes d'horaires ou de lieux tout aussi séduisants à proximité immédiate. En d'autres termes, diffuser l'information autrement grâce à WAZE.

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures