Politique

UDI Élections européennes 2019

Josy Chambon, présidente de l'UDI : « Les élections européennes ne sont pas un référendum anti-Macron » !

A l'occasion du lancement de la campagne de communication sur le projet européen de l'UDI, Josy Chambon, présidente du parti dans le Var, entourée des cadres de la fédération, a réaffirmé, avec force et conviction, les engagements européens de son parti. Le 15 décembre, l’UDI a annoncé son positionnement définitif.

Pour autant, il ne s'agit nullement d'une renaissance de l'UDI, un parti qui avait été trop vite enterré par beaucoup. En effet, créé il y a six ans par Jean-Louis Borloo, avec une première adhérente historique, à la renommée internationale, en la personne de Simone Veil, l'UDI présidé par Jean-Christophe Lagarde compte 60 parlementaires (25 députés et 35 sénateurs) et plus de 300 maires de petites et moyennes villes. Dans le Var, la fédération totalise près de 1 000 adhérents.

Josy Chambon répond aux questions de La Gazette du Var.

Quel sera le positionnement de l'UDI au cours de l’élection européenne ?

Josy CHAMBON. Tout d'abord, le 15 décembre, à Issy-les-Moulineaux, l'UDI décidera si le parti part seul à l'élection européenne, ce qui est la tendance affichée par nos membres, ou associé à un autre parti. En effet, à la question de savoir si l'UDI partira sous ses propres couleurs ou non à l'élection européenne, nous répondrons lors de notre congrès extraordinaire.

Quel est votre principal argument en faveur de l'élection européenne ?

JC. Nous devons faire entendre la voix de l'UDI. Dans le Var, la fédération est dynamique et ses adhérents portent nos valeurs dont nous sommes fiers. Nous travaillons, avec force et énergie, dans une remarquable cohérence car nous sommes en accord avec ces valeurs. Toujours dans un mode transversal, chacun à sa place et chacun l'occupant avec conviction et optimisme.

Quel sera votre message politique ?

JC. L'UDI refuse que la campagne européenne soit confisquée par ceux qui veulent le match retour de la présidentielle. L'Europe est aujourd'hui en danger. Nous avons la conviction qu'il ne peut y avoir une France forte sans une Europe puissante.

La responsabilité de l'UDI est de recentrer cette campagne européenne sur les enjeux européens. Nous ne devons pas laisser les autres formations politiques faire un débat franco-français.

Quelle est votre vision de l'Europe ?

JC. Nous ne sommes pas pour une Europe fédéraliste mais pour une Europe fédérée. La singularité du message de l'UDI est d'être totalement européen, tout en ne se satisfaisant pas du fonctionnement actuel de l'Europe. Nous renvoyons dos-à-dos, les politiques et les technocrates. Plus l'Europe est unie, plus la France sera forte.

Comment se positionnera l'UDI par rapport à La République En Marche ?

JC. Il n'est pas question que l'élection européenne devienne un référendum anti-Macron. Ce scrutin est essentiel pour l'Europe. On ne peut pas laisser cette seule pensée politique anti-européenne et mortifère s'adresser à la population.

Aujourd'hui, Emmanuel Macron cherche à construire une alliance assez large...

JC. Emmanuel Macron parle de fédéralisme. L'UDI n'est ni fédéraliste, ni souverainiste. Aujourd'hui, avec Emmanuel Macron, le compte n'y est pas. Notre projet n'est ni populiste, ni technocratique. Tout n'est pas de la faute de l'Europe. Parce que l'Europe fonctionne mal, les idées anti-européennes ont gagné du terrain depuis 20 ans. Mais le repli national n'est pas notre option.

Les euro-destructeurs de gauche et de droite prétendent vouloir protéger les Français. En réalité, ils précipitent la France vers le déclin.

Quel jugement portez-vous sur l'action d'Emmanuel Macron ?

JC. Chacun est bien conscient que les concertations menées par le Gouvernement ne sont que de façades. Il y a beaucoup de fausses promesses, comme au sujet de la transition énergétique. On ponctionne 3, 2 milliards sur les carburants mais l’État ne reverse que 650 millions à la transition énergétique. On se moque du monde !

Nous sommes pour la réforme, mais pas la réforme n'importe comment ! La réforme se fera par une politique d'expérimentation territoriale. La force de l'UDI, c'est son ancrage local.

 

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

 

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures