Economie

UMIH PACA et Var

Jean-Pierre Ghiribelli : « Le tourisme, c'est l'avenir de l'économie française »


Les organisations professionnelles sont convaincues que le tourisme est le secteur d'avenir de l'économie française. Pour elles, la priorité est de faire du tourisme une affaire d’État afin de gagner un point de PIB d'ici 5 ans. Le point avec Jean-Pierre Ghiribelli, président de l'UMIH 83 et PACA.

Votre réaction après le résultat des élections professionnelles en termes de représentativité patronale ?

Jean-Pierre Ghiribelli. C'est une grande victoire ! L'UMIH est N°1 au sein de la branche HCR avec 77% des entreprises adhérentes et près de 70% des salariés. Pour la branche HCR (hôtels - cafés – restaurants), l'UMIH est N°1 chez les indépendants avec 72% des entreprises ! Avec ses syndicats associés (GNC, SNRTC), l'UMIH représente 77% des 42 582 entreprises déclarées adhérentes à une des organisations professionnelles représentatives (UMIH 30 762 - 72,2%).

L'UMIH est majoritaire dans tous les secteurs de la profession ?

JPG. En effet, du petit café à la grande brasserie, de l'hôtel de village au palace, du restaurant ouvrier à l'étoilé, de la discothèque aux night-clubs branchés : l'UMIH représente toute la profession. Toutes branches confondues, l'UMIH est la 3ème organisation professionnelle en nombre d'entreprises adhérentes après le bâtiment et la métallurgie.

L'UMIH est même N°1 en nombre de salariés !

JPG. Avec ses syndicats associés, l'UMIH représente 70% des 385 805 salariés des entreprises adhérentes à une des organisations professionnelles représentatives (UMIH 188 705 - 48,9%).

Quelle est votre position sur le littoral ?

JPG. L'UMIH est N°1 dans les zones touristiques, dans les territoires, dans les grandes villes, dans les zones rurales, dans les outre-mer ! L'UMIH est présente dans tous les départements français (106 fédérations départementales et locales) en métropole comme en outre-mer.

La place de N°1 confirme l'importance de l'UMIH au sein de la branche HCR ?

JPG. C'est mon analyse. Au niveau national, le poids de l'UMIH rend incontestable son rôle de porte-parole et de représentant de la profession. Majoritaires au sein de la branche, l'UMIH et ses syndicats associés pourraient utiliser leur droit d'opposition.

C'est donc une position de leader incontestable ?

JPG. La position de leader de l'UMIH la confirme comme l'interlocuteur de référence des pouvoirs publics et donne tout le crédit nécessaire aux actions des élus confédéraux auprès des institutionnels (ministères, administrations, Parlement) et dans les instances où ils siègent. L'UMIH est la seule organisation patronale du secteur à adhérer aux trois instances interprofessionnelles (Medef, CPME, U2P). Au niveau local, les règles de la représentativité nationale s'appliquent dans les territoires. Les fédérations départementales UMIH bénéficieront du poids de la représentativité de l'UMIH nationale.

C'est donc une grande et belle victoire, notamment vis à vis des dissidents dans l'Est Var ?

JPG. Je pense qu'en ayant la confiance de 77% des entreprises du secteur CHRD, cette pesée patronale permet de reconnaître le leadership de notre syndicat. Ce constat est important et siffle la fin du match. Chacun est à sa place. Cette légitimité, nous la mettons au service des professionnels qui tous les jours participent au développement économique de nos territoires. Nous continuerons de les représenter, de les défendre et les accompagner avec un objectif : faire rayonner notre secteur pour faire gagner le tourisme et la France.

Sur la question des sites Internet de réservations de vacances, la législation vient d'évoluer ?

JPG. C'est enfin une bonne chose. En ce qui concerne Airbnb ou Abritel, pour les plus connus, la France se dote enfin d'outils pour permettre contrôle et transparence des locations meublées. L'UMIH et le GNC se félicitent de la publication du décret d'application de la loi LEMAIRE relatif au numéro d'enregistrement qui reprend en tout point leurs demandes et appellent les municipalités à se saisir de cette nouvelle opportunité sans plus attendre. L'UMIH et le GNC avaient porté cette proposition dès la Consultation publique en ligne sur le projet de loi pour une République numérique en septembre 2015 et avaient défendu cette mesure lors de l'examen du texte par le Parlement.

Que va-t-il se passer maintenant ?

JPG. Après la promulgation de la loi, la publication du décret va changer la donne pour les 17 000 hôteliers français en garantissant la transparence pour le consommateur qui saura s'il va réellement chez l'habitant ou dans un appartement loué à la nuitée à l'année. Cela va également donner des outils de contrôle efficace aux municipalités qui pourront connaître le nombre de locations, le nombre de lits représentés, le nombre de personnes ayant séjourné dans ces meublés ; soit tous les indicateurs nécessaires pour mener les politiques touristiques locales. Et, enfin, nous allons pouvoir bénéficier d'une concurrence loyale entre tous les acteurs de l'hébergement.

C'est donc la fin d'une forme de jungle ?

JPG. Il était temps ! Avec ce numéro d'enregistrement, la France a mis en place un premier outil de l'arsenal voté par le Parlement. C'est la pierre la plus importante puisqu'elle renforce le pouvoir de contrôle des municipalités et qu'elle répond aux enjeux de transparence attendus par les consommateurs. Chaque jour compte pour les hôteliers. Nous demandons aux municipalités de jouer le jeu et de mettre en place ces modalités le plus rapidement possible avant le début de la saison 2017.

Comment cela va-t-il se traduire sur le terrain ?

JPG. L'UMIH et le GNC, grâce à leur implantation territoriale, vont demander à leurs représentants dans les territoires de défendre devant leurs exécutifs locaux la mise en place rapide du numéro d'enregistrement en détaillant la marche à suivre.

Mais le dossier n'est pas clos ?

JPG. L'UMIH et le GNC sont malheureusement toujours dans l'attente des décrets d'application de décisions adoptées à l'unanimité par le Parlement, à savoir l'identification du statut du loueur (particulier / professionnel), la sanction sur la mise en œuvre du numéro d'enregistrement, la transmission automatique des données. Nos organisations professionnelles feront de la publication de ces décrets une de leurs priorités pour le prochain Gouvernement.

Les acteurs du tourisme sont unis pour parler d'une seule voix...

JPG. L'objectif est d'oxygéner nos entreprises afin de favoriser la création d'emplois. Le gouvernement doit reconnaître sans ambiguïté les dimensions économiques, sociales et culturelles du tourisme. Le tourisme en France est un trésor national représentant 160 milliards d'euros de chiffres d'affaires (2 fois celui de l'agriculture) soit 7,4% du PIB, comptant plus de 2 millions d'emplois et affichant une balance des paiements excédentaires de 10 milliards d'euros. Derrière cette réussite française se cache d'importantes fragilités : croissance nettement inférieure à la moyenne mondiale, durée des séjours et dépenses par touristes faibles, contribution économique du secteur insuffisamment portée par les investissements.

Propos recueillis par Gilles Carvoyeur

UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) est la 1ère organisation professionnelle du secteur de l'hôtellerie-restauration.
Le secteur de l'hôtellerie-restauration en chiffres :
229 000 entreprises dont 90% des entreprises ont moins de 10 salariés
76,5 milliards d'euros de chiffres d'affaires
+ 1 million d'actifs dont 300 000 saisonniers
100 000 jeunes formés chaque année
4ème employeur privé de France

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures