Economie

France, Métiers d'Excellence

Sereine Mauborgne : « Partout dans le monde, Manufacture Cogolin fait rayonner la création française »

Le 29 janvier à Paris, Sereine Mauborgne, Députée de la 4ème circonscription du Var, et Sarah Henry, Directrice Générale de la Manufacture Cogolin, recevaient Raphaël Gérard, Député de Charente Maritime, pour la présentation de son rapport parlementaire « France, Métiers d'Excellence ». En présence d'une classe du Lycée du Golfe de Saint-Tropez.

Pour Sereine Mauborgne, « c'était l'occasion de remercier Sarah Henry de la Manufacture Cogolin. Cette manufacture, par son savoir-faire et sa créativité sans cesse renouvelée, met à l'honneur les métiers d'excellence en faisant rayonner, partout dans le monde, la culture et la création à la française et la ville de Cogolin ».

La députée ajoutait : « Je remercie et félicite tous les employés de cette entreprise : les ouvrières aux doigts d'or, le mécanicien, les commerciaux et la directrice de l'atelier de Cogolin qui tous contribuent à faire rayonner le patrimoine vivant ».

UNE RICHESSE POUR LA FRANCE

Pour mémoire, dès 1802, Baudry des Lozières écrivait : « La Manufacture des étoffes de laine et de soie est une richesse pour la France ».

En effet, les tapis de Cogolin sont nés de la volonté d'associer les ouvriers des élevages de vers à soie (sériciculture) aux arméniens, rescapés du génocide qui avaient transporté avec eux leur culture et leur savoir-faire en matière de tissage.
Citons, Tamizian le dessinateur et le couple Kevorkian ainsi que M. Gazerian qui ont su apporter leurs talents à cette manufacture, sans oublier les nombreux ouvriers arméniens qui ont également contribué au succès de cette entreprise. En 1928, après son rachat par Jean Lauer, ingénieur textile et visionnaire, la Manufacture Cogolin se mécanise. A partir des années 1930, elle connaît un essor remarquable. Ainsi en 1935, l'un de ses magnifiques tapis vient orner le paquebot transatlantique Normandie et lance la renommée internationale de l'entreprise.

AVENIR RADIEUX

A Cogolin, la manufacture marque le cœur de ville. Une rue entière est occupée par ce bâtiment tout en longueur, tandis que les lieux baignent dans la lumière, arrivant par les grandes portes fenêtres de part et d'autre qu'on obstrue l'été par des persiennes afin que le soleil ne décolore pas les précieux ouvrages. Depuis 120 ans, les aiguilles du métier tirent les fils des bobines, les peignes serrent les mailles et les mains passent la navette.

« Des gestes intemporels, soigneux et assurés doublés de l'œil attentif à la qualité donnent naissance à un objet d'art choisi, attendu, savouré par ses clients qui rêvent et voyagent à l'évocation de noms séduisants des collections de la Manufacture tels que Rialet, Estérel ou Canadel et, désormais, Itération, Miroir ou Prisme les décors modernes et graphiques qui associés à un savoir-faire traditionnel et exigeant scellent l'avenir radieux des Tapis de Cogolin ».

Devant tant de savoir-faire, Sereine Mauborgne avouait sa satisfaction : « Cogolin, où j'ai la chance de vivre et qui accueille de nombreux artisans des métiers d'Art, comme la Menuiserie RAFLIN, les anches RIGOTTI qui sont envoyées aux quatre coins du monde et dans les plus prestigieux orchestres, les Pipes COURRIEU ou encore l'Atelier de Création Familières (ACF), tous ces artisans nous honorent et mettent en lumière notre ville et le patrimoine vivant et je tiens à les féliciter ».


LES INVITES

Jérôme POULAIN, Secrétaire général du Mobilier National,

Christophe POISSON et René-François BERNARD, adjoints de la Mairie du 7ème arrondissement,

Véronique MAUREL, Présidente de la CPME83,

Aurélien BABO, Chargé des relations institutionnelles aux Ateliers d'Art de France,

Ophélie DUJARRIC, Directrice des Affaires publiques au KLEISA,

Les membres du groupe de travail sur le Patrimoine Vivant et attractivité de la France,

Les entreprises du secteur des métiers d'Art,

Les partenaires de la Manufacture Cogolin,

Une classe d'élèves du Lycée du Golfe de Saint-Tropez.

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures