Actualités

Assemblée Maritime pour la Croissance Régionale et l’Environnement

François de Canson : « La Région engagée dans la protection de la Méditerranée »


Maud Fontenoy, vice-présidente de la Région, déléguée au Développement durable à l’Énergie et à la Mer, a présidé, le 8 février, l'Assemblée Maritime pour la Croissance Régionale et Environnementale (AMCRE), à l'Hôtel de Région, en présence de François de Canson, conseiller régional en charge des risques majeurs et maire de La Londe-les-Maures.


La création en 2017 d’une Assemblée Maritime a constitué un axe fondateur et fait de la Région un exemple pour le pays. Cette Assemblée Maritime est un lieu de rassemblement, d’échange, de concertation et de travail où comme en mer, il n’y a pas de barrière. Associations, institutions, collectivités, entreprises, observatoires, fédérations, partenaires, tous sont impliqués au service de la mer.


« Car, la mer est l’avenir de l’Homme. Notre avenir dépend de la mer, en tant que ressource, que puits de biodiversité et de connaissance, que lieu de coopération et d’échanges », insiste Maud Fontenoy, présidente de l’Assemblée Maritime pour la Croissance Régionale.


A cette occasion, elle s'est félicitée du bilan de la Région : « Nous pouvons nous féliciter d’avoir autant d’acteurs engagés, institutionnels mais aussi notre future agence de la biodiversité, les associations et, tout particulièrement, le Pôle Mer Méditerranée qui vient à nouveau d’être labellisé et reconnus comme pôle de compétitivité (...).


IMPORTANCE DE LA SECURITE EN MER


Elle ajoute : « Parmi les événements qui ont marqué l’année passée, il me parait important d’évoquer la pollution aux hydrocarbures qui a impacté la mer et le littoral, particulièrement dans le Var.

Cet accident, du fait de l’inattention de l’homme, a eu des conséquences importantes en termes de pollution, de mobilisation, d’attractivité.

Avec le président Muselier, nous avons affirmé notre soutien à toutes les communes concernées et tenions à être solidaires auprès de nos partenaires. Je suis personnellement, au sein du CEDRE, centre d’expertise des pollutions accidentelles, les retours sur les dégâts causés et les suites qui seront données à ce désastre.

Cet événement nous rappelle l’importance de la sécurité en mer, celle des produits consommés, des sentiers littoraux parcourus ou des activités sportives pratiquées. Cette sécurité est aussi celles des personnes » (...).
La région a beaucoup d’intérêts sur terre et c’est tout le sens du Plan Climat.


NE PAS RESTER DANS L'IMMOBILISME


La présidente de la commission reprend : « Ensemble, nous avons construit une véritable stratégie pour nous permettre d’avoir une COP d’avance et proposons des actions prioritaires et transversales pour lutter contre le réchauffement climatique tout en étant porteur d’un mieux-vivre en région Sud. Pour autant, une volonté politique forte et durable est indispensable pour aller vers l’océan, vers la mer et pour y projeter une ambition. L’audace et l’envie de construire ce projet avec vous ne m’ont pas quittées.


L’Assemblée Maritime est le lieu de la construction de cette ambition maritime autour des enjeux de préservation de la méditerranée dont les ressources s’épuisent. La méditerranée est l’un des hots spots en termes de biodiversité le plus fragile au monde.

La montée du niveau de la mer et la hausse des températures sont des conséquences, désormais bien connues, du réchauffement climatique.

Nous ne pouvons plus ignorer les menaces qui pèsent sur nos milieux marins et la biodiversité qu’ils abritent. Nous ne pouvons plus feindre les conséquences dramatiques que cela entraîne pour notre survie. Sans tomber dans le catastrophisme, nous ne pouvons pas rester dans l’immobilisme ! Notre mer et notre littoral possèdent de trop nombreux et merveilleux atouts pour que nous lui tournions le dos ».


CHANGEMENT CLIMATIQUE


Par ailleurs, la réunion est revenue sur le travail, mené par la Commission du Génie Écologique Côtier, présidée par François de Canson.
L'élu régional explique : « Ces rencontres ont permis de partager nos informations, nos attentes et nos projets.

Dans l'esprit de cette Assemblée Maritime, j'ai à cœur que le dialogue soit ouvert et que le partage d'expérience soit possible. Lors de l'installation de cette commission, nous avions ensemble identifié trois thèmes de travail : la restauration écologique, les mouillages organisés et l'adaptation des plages au changement climatique.


Ces sujets me concernent à plusieurs titres :
En tant que conseiller régional, délégué aux risques, dont fait partie la submersion marine, en tant que président du Comité Régional du Tourisme puisque nos plages sont de véritables atouts touristiques. L'économie du sable est, en effet, pourvoyeuse d'emplois et de richesses et représente dans le seul département du Var 38 000 emplois et 2,1 milliards de chiffre d'affaires.


Enfin, en tant que maire de la Londe-les-Maures, j'assure la responsabilité de la sécurité des biens et des personnes et la gestion de plages, confrontées aux phénomènes d'érosion, liés notamment au changement climatique. La question du changement climatique et de ses conséquences s'est installée au centre des préoccupations internationales, nationales et régionales par notre Plan Climat.

La réalité de ce changement a été établie et a souligné que les écosystèmes méditerranéens étaient parmi les plus menacés de la planète. Les tendances observées, à l'échelle du bassin méditerranéen, sont nombreuses : augmentation de la température moyenne annuelle, diminution des apports des fleuves à la mer, augmentation de l'évaporation de la mer, hausse du niveau de la mer, augmentation de l'intensité des risques naturels. Les plages, zones humides et côtes rocheuses, sont impactées au même titre que notre littoral par ses bouleversements ».


ETRE UNE REGION EXEMPLAIRE


Ainsi, la Région s'est engagée pour favoriser le maintien et le développement des activités économiques sur les espaces proches du rivage en anticipant les effets du changement climatique et en se prémunissant des risques littoraux par des méthodes compatibles avec les enjeux de préservation de la biodiversité marine.

C'est un objectif du Schéma d'Aménagement territorial (SRADDET) mais, aussi, du Plan Climat.


François de Canson ajoute : « Nous devons avoir une COP d'avance et faire de Provence Alpes Côte d'Azur une région exemplaire.

Pour cela, adapter nos plages au changement climatique, participer aux opérations de gestion intégrée de la zone côtière et promouvoir les mouillages écologiques constituent notre feuille de route. Concernant les mouillages écologiques, la Région intervient pour la mise en place de zones de mouillages organisées sur les sites présentant des enjeux de préservation de la biodiversité.

C'est un projet toujours très fastidieux et onéreux pour les communes mais qui sera accompagné par la Région qu'il s'agisse d'études préalables, d'équipements ou d'installations nécessaires.
Si pour l'instant, un seul projet à la Métropole de Nice-Côte d'Azur a été soutenu, deux autres projets devraient voir le jour en 2019.

La région souhaite accompagner le Parc National de Port-Cros et la commune du Rayol-Canadel » (...).


Photo Franck PENNANT

 

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures