Actualités, La Croix Valmer

Bernard Jobert, maire : « Le climat s'est apaisé dans la commune »

Selon le premier magistrat : « Les réalisations de ces derniers mois témoignent de la justesse de la gouvernance, partagée entre rigueur budgétaire et développement de services au quotidien ».

Le maire ajoute : « La qualité de vie à La Croix-Valmer ne cesse de s'améliorer. Notre cité est attractive, à tel point que notre démographie est en constante augmentation, nous gagnons 100 habitants par an. Il est vrai que, dans tous les domaines de la vie, La Croix-Valmer répond aux aspirations de sa population.

Toutes les générations, de la naissance au grand âge, trouvent les moyens de s'épanouir, que ce soit à l'école, au travail, dans les activités de retraite, dans les loisirs, avec un tissu associatif riche et disposant d'infrastructures complètes et pour certaines fraîchement rénovées comme au tennis ou au football.

Notre volonté est de coller le plus possible aux réalités de la vie quotidienne et aux besoins des habitants. C'est pour cela que nous avons démultiplié la recette du Cœur de village, à savoir des rencontres avec les habitants en permanence, à l'occasion de réunions thématiques, de réunions de quartier ou de rendez-vous plus conviviaux ou festifs, je pense, par exemple, au buffet croisien, aux manifestations organisées par l'Office de Tourisme ou encore aux grandes conférences, comme celle de Marcel Rufo cet été ».

DES CELEBRITES AU VILLAGE

L'élu local reprend : « Nous avons aussi la chance de compter parmi nos résidents, un producteur de cinéma et son épouse actrice et réalisatrice. En signe d'amitié, ce couple a offert à La Croix-Valmer en avant-première la projection de « Volontaire », réalisé par Hélène Fillières dont l'actrice Diane Rouxel a obtenu le premier prix d'interprétation décerné par le Club de la Presse.

Il y a quelques mois aussi, ils nous ont régalés avec la projection de « L'homme pressé » avec Fabrice Lucchini, un délice en plus d'une belle soirée de partage et de convivialité. Il faut savoir aussi que ce couple est un fervent défenseur de la nature et que cette année, il a mis en culture un hectare de sa propriété pour faire des légumes bio, que vous avez pu retrouver à la Halle de Grimaud. Quand on veut être vertueux, on le peut donc. Et, sans froisser votre modestie, merci Matthieu et Hélène pour votre participation à la vie citoyenne du village ».

VIVRE EN TOUTE SECURITE

Il précise encore : « Notre souci, c'est aussi de permettre à tous de vivre bien et en sécurité. L'installation de caméras de vidéo protection, en liaison avec la gendarmerie, y contribue, tout comme la rénovation de notre poste de police municipale qui permet une meilleure réactivité. La surveillance des plages perdure et la belle histoire que nous avons connue cet été, avec le sauvetage d'un homme en détresse par le jeune Bastien, a pu l'être aussi grâce à la compétence de nos policiers affectés sur le littoral.

Notre volonté, c'est également de pérenniser le cadre de vie exceptionnel de notre commune, qui est notre meilleur atout. Pour tous ceux qui vivent à l'année, bien sûr, mais aussi pour nos visiteurs, attirés par la beauté de notre territoire. Grâce à l'adhésion au parc national de Port-Cros, nous avons encore dynamisé notre identité de commune à l'environnement préservé.

Tout est sans cesse à défendre en permanence. Après les incendies de 2017, c'est une pollution aux hydrocarbures que nous avons subie fin 2018. J'espère qu'en 2019, nous n'aurons pas une autre catastrophe naturelle !

A chaque fois, nous avons pu compter sur la solidarité de notre population, celle des communes du golfe et au dévouement des professionnels, sapeurs-pompiers, gendarmes, gardes du conservatoire, agents de l’État, de la sécurité civile, membres du comité communal des feux de forêt, etc.

Dans ces situations, j'ai eu le plaisir de constater la réelle implication de tous, sans exclusive. Pour un maire, c'est une grande satisfaction de constater que, dans la tempête, toute la communauté villageoise fait front ».

RUMEUR MALSAINE

Mais, comme partout ailleurs, la commune a ses problèmes, ses polémiques, ses dossiers qui n'avancent pas.

Bernard Jobert explique : « Que de temps perdu dans des contraintes administratives sans cesse plus importantes ! Que d'énergie dépensée pour rien dans des contentieux qui durent des années ! (…). Il y a deux ans, après l'incendie, certains ont cru intelligent de raconter que ce feu avait été, plus ou moins, calculé pour faciliter la construction de résidences sur des terrains protégés. Évidemment, tout était faux, mais l'information s'est répandue et a dupé les crédules.

Peu importe, le mal est fait, et, au fil de ces fausses informations, la fameuse rumeur s'installe et contraint les élus à réexpliquer à chaque fois le pourquoi des choses.

Pourtant, si vous saviez combien le maire est surveillé !

Un permis est ausculté au détail près par la préfecture, via la DDTM. Une délibération passe au contrôle de légalité de l’État. Nos mouvements financiers sont surveillés au centime près par la Trésorerie principale. Et, si tous ces garde fous ne suffisent pas, il y a de braves gens dans des associations dites de défense qui ne manquent pas de déposer des recours !

Tout ça n'est pas grave car nous gardons le cap, déterminés, sûrs de nos choix, à l'écoute de nos concitoyens qui savent nous dire quand cela ne va pas ».

LES AGACEMENTS DU MAIRE

Le premier magistrat raconte ce qui l'agace : « Il y a vraiment des choses qui m'agacent. Convoquer les gens, leur dire qu'après des années d'attente ils ont enfin été élus pour bénéficier d'un logement social et qu'ils pourront l'occuper à compter du 31 mars 2018. Nous sommes en 2019 et ces logements n'ont toujours pas été livrés. Ça m'agace ! Faire un concours autour d'un projet de parking paysagé, recevoir 3 entreprises, en retenir une qui vous propose de réaliser l'ensemble pour 1 950 000 €. Signer avec eux et six mois plus tard ne rien voir sortir et s'entendre dire que les prix ont évolués, les normes de sécurité aussi et qu'en fait on pourra le faire pour 3 millions. Ça m'agace !

Faire 3 réunions de quartiers, affirmer que la municipalité ne donnera pas d'autorisation d'implantation d'hélistation à La Croix-Valmer. Car, nous ne souhaitons pas scier la branche de notre qualité de vie sur laquelle nous sommes. Mais néanmoins continuer de recevoir des courriers affirmant que, de source sûre, il y aura bien cette hélistation, recevoir un appel téléphonique de Jean-Paul Delevoye à 9h du soir qui s'inquiète de cette rumeur : « Non vous pouvez continuer à travailler sur les retraites, ici on veille au grain, il n'y aura pas d'hélistation à La Croix-Valmer ». Tout ça, ça m'agace !

Et pour finir : Nous faire croire que pour des raisons de sécurité, nos futures mamans devront, dans les trois ans, aller accoucher à Draguignan ou à Fréjus. On n'en peut plus des technocrates qui agitent des chiffres en oubliant qu'il y a des citoyens derrière. Et, bien ça aussi, ça m'agace » !

UN CLIMAT APAISE

« Nous avions décidé en 2015 d'être des élus transparents, au sens d'une plus grande participation des administrés aux décisions majeures de développement de notre commune pour les décennies à venir. Nous l'avons fait. Pas une de nos réunions publiques qui ne fait pas le plein ! C'est dire combien l'envie d'échanger et d'être associé au devenir de La Croix-Valmer concerne une grande partie de notre population.

Nous tenons le cap, oui, je pense sans fausse note, avec une méthode de travail efficace et des résultats concrets à court et moyen terme.

Alors, bien sûr, beaucoup reste à faire et à améliorer. Il faudra du temps, de la volonté, mais en gardant l'esprit qui nous anime depuis quatre ans.

Car, ce dont je suis sans doute le plus fier, aujourd'hui, c'est de constater que le climat tendu qui existait, il y a quatre ans, a bien disparu. La Croix-Valmer s'est apaisée et tout le monde y a gagné. Notre commune est plus sereine et les querelles sont du passé.

Continuons sur cette voie, tenons ce cap pour faire demain de notre commune une cité demeurant attractive, dynamique, où l'on se sent bien et où l'on grandit, prospère et vieillit avec plaisir ».

Photos Christine MAIGRET

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures