Politique, Bormes

Bormes-les-Mimosas

François Arizzi : « Que représentent aujourd'hui les valeurs de la République Française » ?

A l'occasion de la célébration de la Fête Nationale, François Arizzi, maire de Bormes-les-Mimosas, s'est interrogé sur le sens de cette commémoration pour les Français et les Françaises.

Liberté, égalité, fraternité, ces mots clés, fondateurs de la République, mots qui ont inspirés tant de démocratie de par le monde ont-ils encore du sens pour les nouvelles générations ?
Ces jeunes ont-ils conscience que notre histoire et le chemin parcouru par notre pays ont fondé notre nation telle que nous la connaissons aujourd'hui ?
Ce modèle est-il toujours d'actualité et les évolutions technologiques, de communication, d'information ou plutôt de pseudo information délivrée tout azimut par n'importe qui, ne le mettent-ils pas à mal ?

« A l'évidence, l'instantané, l'immédiateté de la réaction et l'émotion basée sur des bribes prélevées ça et là, savamment orchestrées pour manipuler les masses ont pris le pas sur l'écoute, la compréhension, la diversité d'opinions. La simplification à outrance a remplacé la réflexion de fond. Nous sommes confrontés à la paupérisation intellectuelle de l'humanité. Plus la technologie évolue, plus elle met le monde, la culture, la connaissance à portée de tout un chacun, plus en réalité, nous nous dirigeons vers l'appauvrissement de la pensée. Et ne croyez pas que les jeunes soient les seuls à subir cet effet néfaste de notre évolution », a constaté, avec regret, le premier magistrat.

Dissertant sur le rôle perdu des médias, le maire a repris : « De l'article de fond écrit par des journalistes, philosophes, chercheurs, sachants, ou autres académiciens, nous sommes passés à des publications de quelques lignes mal écrites par on ne sait qui, documentées à partir d'on ne sait quoi, destinées à tout le monde et à personne, commentées, si on peut appeler cela des commentaires, là aussi par tout le monde et notamment ceux qui se sentent obliger d'exprimer un avis souvent négatif, insultant ou au mieux approximatif sur des sujets qu'ils ne maîtrisent pas.
Voilà ce qu'est en train de devenir notre information, voici ce qui abreuve la pensée collective. Tant et si bien qu'un nouveau concept a vu le jour, celui de la fake news, autrement dit fausses informations. Avant l'arrivée des réseaux sociaux, les erreurs existaient, mais elles demeuraient l'exception. Aujourd'hui, elles sont un concept, c'est dire à quel point nous en sommes rendus ».

DEMISSION DES PARENTS

« Et l'éducation dans tout cela me direz-vous, que faites-vous de l'éducation que nous recevons.
Entre la démission d'une certaine partie des parents, un système éducatif qui se cherche et multiplie les réformes que tous demandent mais que chacun dénigre.
Comment sont donc transmises les valeurs de la République. On en parle, on les intègre aux programmes éducatifs, mais nous devons bien constater qu'elles ont du mal à s'implanter dans l'esprit de nos enfants »,
a déploré l'élu local.
« Vous trouvez peut-être l'analyse un peu dure, mais lorsque je vois qu'en réponse à un acte aussi terrible soit-il mais malheureusement quotidien outre atlantique, certains dans notre pays cherchent à déboulonner les statues de nos grands hommes sous prétexte qu'à leur époque ils cautionnaient l'esclavagisme qui était partout pratiqué, je reste pantois »,
a conclu François Arizzi (...).

Photos Carole AMARO

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures