Sorties

Musée de la gendarmerie de Saint-Tropez

  • Home Switcher Article 1
  • Home Switcher Article 2
  • Home Switcher Article 3
  • Home Switcher Article 1
  • Home Switcher Article 2
  • Home Switcher Article 3

Nicolas Moulin : « Un lieu mythique pour le cinéma et la gendarmerie »

Nicolas Moulin, président de l'Association de la Gendarmerie revient sur les moments forts de l'inauguration du Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez.

Louis de Funès a désormais sa statue en bronze. Elle est érigée au centre du musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez qui a ouvert ses portes le 25 juin. Le petit village de pêcheurs, célèbre dans le monde entier depuis le début des années 60, sait ce qu’il doit aux grands acteurs qui ont construit sa renommée. Que serait la Madrague sans Brigitte Bardot ? Que serait la gendarmerie de Saint-Tropez sans le maréchal des logis-chef Ludovic Cruchot ? Mais, il ne faut pas oublier la contribution exemplaire de l'Association des Collectionneurs pour la Sauvegarde du Patrimoine de la Maréchaussée à la Gendarmerie (ACSPMG).

Nicolas Moulin, président de l'ACSPMG, nous fait découvrir les surprises cinématographiques qui attendent les visiteurs.

Quelle a été votre action ?

Nicolas Moulin. Avec ce musée, c'est Pierrefeu-du-Var qui s'exporte dans la plus célèbre gendarmerie de France. L'ACSPMG est le partenaire naturel du musée de la gendarmerie et du cinéma, inauguré en grande pompes, avec la musique de la garde républicaine et d'un détachement en armes des militaires de la gendarmerie de Saint-Tropez, sous le commandement du Major Robinet, avec de nombreux invités, dont le patron du SIRPA gendarmerie, ainsi que les deux comédiens de la saga des gendarmes, Patrick Préjean et France Rumilly.

Concrètement, quelles est votre contribution ?

NM. 10 pièces de la collection du musée de Pierrefeu sont en exposition permanente, aux côtés des objets collections en lien avec l'histoire de la gendarmerie et de la saga des gendarmes de Saint-Tropez, dans la pièce du fameux bureau des gendarmes, reconstitué à l'identique du film. Au cours de l'inauguration, l'ACSPMG a préparé une surprise aux époux RATIER, invités de l'association, avec une rencontre surprise avec Patrick Préjean et France Rumilly. Un moment d'intense émotion !

Guy Ratier, gendarme à l'époque du tournage et son épouse Huguette, figurante aux côtés des soeurs, dans un des épisodes, étaient très émus de cette rencontre au cours de laquelle ils ont partagé moultes souvenirs et anecdotes. Et, avant la cérémonie protocolaire, l'ACSPMG a posé symboliquement, sur le parvis de la gendarmerie, comme cela se fait sur Hollywood Boulevard, une plaque. Il faut se souvenir que la genèse du projet de partenariat remonte à septembre 2012. Il a trouvé son aboutissement grâce au soutien du Capitaine Laurent Perrin, intarissable sur les anecdotes et films de la saga des gendarmes.
Comment est venue l’idée de créer un musée de la Gendarmerie et du Cinéma à Saint-Tropez ?

NM. Lorsqu’on évoque ce village, on pense naturellement à Louis de Funès et au Gendarme de Saint-Tropez. Le bâtiment qui abrita une vraie brigade de gendarmerie de 1789 à 2003 est devenu mythique depuis les tournages des films de Jean Girault. Et puis, il ne faut pas oublier Brigitte Bardot. C’est ici que Roger Vadim réalisa Et Dieu... créa la femme. Il créa aussi le mythe de Saint-Tropez.

Que vont découvrir les visiteurs ?

NM. C'est un véritable parcours dédié d’abord à l’histoire authentique de cette gendarmerie puis, ensuite, l’histoire du cinéma à Saint-Tropez. Le premier espace du musée est une reconstitution à l’identique du bureau du film. Comme dans une maison de poupée géante, on pourra trouver dans un tiroir l’uniforme de la gendarmette Niçaise Jean-Louis. Elle en fait don au musée. Sans oublier le plus célèbre locataire du lieu, Louis de Funès. Une sculpture en bronze de Ludovic Cruchot, à taille réelle, ouvre le deuxième espace, consacré exclusivement à la saga des Gendarmes.
Pouvez-vous nous révéler le secret du musée ?

NM. Il s’agit du scénario original du Gendarme et l’Empereur de Richard Balducci. Cette septième histoire n’a jamais pu être tournée. Elle reposait sur le même mécanisme que Les Visiteurs, Cruchot et ses acolytes finissant par conseiller Napoléon, en personne. Désormais, elle appartient à légende tropézienne.
Propos recueillis par Gilles Carvoyeur – Photos Philippe Olivier et Nicolas Moulin

Musée de la Gendarmerie et du Cinéma, 2 place Blanqui à Saint-Tropez :
04 94 55 90 20

Association des Collectionneurs pour la Sauvegarde du Patrimoine de la Maréchaussée à la Gendarmerie :
20 boulevard Henri Guérin - 83390 Pierrefeu-du-Var

Gilles CARVOYEUR

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures