Pierrefeu

Patrick Martinelli, maire : « Quel avenir pour le site de Roumagayrol » ?

Le maire de Pierrefeu-du-Var revient sur la situation de l'ISDND de Roumagayrol, car le site sera saturé en 2019.

Pour mémoire, un bail a été signé en 1998 pour 45 ans renouvelable tous les 15 ans, jusqu'en 2043. Le bail actuel court jusqu'en 2028.
Patrick Martinelli revient sur le contexte : « Le renouvellement s'effectue à la demande de l'exploitant. En cas de non renouvellement de la part du propriétaire, à savoir la commune, ce dernier devra verser une indemnité estimée à plusieurs millions d'€ à l'exploitant. 2 possibilités s'offrent à la commune.


Le premier consiste à une mise en balles sur site, avec le même trafic poids lourds, mais occasionnant une perte de recette importante pour la commune. Ces dernières années, cette recette était de 700 000 €. Mais, cela se traduira également par une augmentation de la taxe pour les contribuables car le traitement ne serait plus gratuit. A cela, il faut noter la fermeture de la déchetterie et la perte d'emplois pour de nombreux Pierrefeucains. La deuxième solution prévoit un bail en 2 étapes, une première étape en 2028, date de fin du bail actuel ».


REALISATION DU CONTOURNEMENT EN QUESTION


Le maire poursuit : « La seconde hypothèse consiste à conditionner la poursuite de l'activité à la réalisation du contournement. Sur ce point, notre position, actée dans la délibération de 2018, ne change pas. Si le contournement est réalisé ou en voie de réalisation, le bail continuera avec la construction d'une usine de tri-valorisation afin d'optimiser le tri.


Par contre, si le contournement ne connaît pas une issue favorable, à la vue des procédures contentieuses en cours, le bail cessera de plein droit, sans contrepartie financière de la part de la commune, contrairement à ce qui existe dans la précédente version du bail en cours.


Par cette nouvelle rédaction du bail, nous maintenons le bénéfice d'un taux de taxe TEOM modérée pour les Pierrefeucains, dépendant des besoins du service. En outre, la continuité du service de la déchetterie est assurée, le maintien des emplois sur site peut se faire, et une recette importante pour la commune est garantie ».


Patrick Martinelli évoque, également, le projet d'extension du réseau d'irrigation des vignobles par la SCP, pour plus de 200 exploitants. Selon l'élu : « C'est une opportunité à saisir pour tous car les travaux pourraient débuter d'ici 2020 pour un aménagement complet de la plaine agricole vers 2023. Cet aménagement sera indispensable pour les années à venir compte tenu des prévisions climatiques ».

UN FORT TISSU ASSOCIATIF


Le maire se félicite de l'importance du secteur associatif, la ville possédant un tissu dense comme l'a montré, en septembre 2018, le forum des associations qui a rassemblé 60 associations.
« La salle de remise en forme, devenue municipale en 2017, compte 205 adhérents. En 2018, de nouvelles machines ont été installées.


L'associatif, c'est aussi le soutien au devoir de mémoire avec l'inauguration, en présence du Consul d'Amérique, d'une stèle en mémoire de 3 aviateurs américains morts en service sur notre commune le 27 janvier 1944. C'est également un finaliste aux championnats du monde d'auto modélisme en Australie et le succès pour les drailles de Pierrefeu. Sans oublier les animations du comité des fêtes : les vide-greniers, la nuitée du rosé avec près de 600 repas servis, le Noël des enfants, le merveilleux gala de danse pour le TELETHON ».


Le premier magistrat ajoute : « Dans le domaine culturel, je veux citer nos partenariats avec les pôles culturels que sont le FJC, Téou Théâtre ou le théâtre de l’Éclipse, les Amis de l'Orgue, Nouvelles mémoires. Les Roucas du Barry : Ce ne sont pas 10 ans mais déjà 20 ans d'existence avec une manifestation par mois en 2018 ! Je note également les expositions de tout un art à la Galerie, où les artistes se succèdent, la fête de la musique au jardin de la Liberté, un lieu de rencontre toujours très apprécié ».


LE TOURISME AVEC COEUR DE TERROIR


Le vice-président de MPM reprend : « Côté tourisme, c'est une complémentarité efficace au sein de l'OTI. C'est la très active association locale « Cœur de Terroir » dont la présidente a reçu le diplôme de femme bénévole en milieu rural. Elle était accompagnée de deux jeunes diplômés pour leur bénévolats associatifs. Comment ne pas évoquer le camping qui ne sera désormais plus communal. Il va faire peau neuve car un permis d'aménager par la société SG2I a été déposé, fin 2018, pour améliorer l'espace piscine, la partie restauration avec salle de séminaire et des modules d'hôtellerie. Un projet ambitieux mais adapté et surtout positif pour l'économie locale » (…).
Le maire insiste : « Une commune, c'est un service public, c'est un lieu de vie ou chacun doit se sentir bien, en sécurité et un de nos rôles d'élu est de rendre la vie le plus agréable possible. Une commune, c'est un coup de pouce au pouvoir d'achat des ménages avec le transport scolaire gratuit pour nos écoles, la participation de 25 € par élève pour le collège ou lycée, le ramassage gratuit des encombrants et déchets verts, le soutien au milieu associatif avec 220 000 € de subventions, c'est le prix de 2,50 € pour la cantine ».


DE NOMBREUX INVESTISSEMENTS


Mais, la vie d'une commune, ce sont aussi des investissements comme le rappelle le vice-président de MPM : « En 2018, nous avons investi dans l'amélioration des conditions de travail au sein du restaurant scolaire et des services techniques avec la création de vestiaires et d'un magasin pour 400 000 €, dans l'achat d'une mini-pelle de 25 000 €. Nous avons effectué des travaux au cimetière pour 10 000 € et des travaux de voirie et d'aménagements divers pour 350 000 € ».

Pour clôturer ce chapitre, le maire évoque un dossier qui lui tient à cœur, celui de l'environnement et du développement durable : « Il y a un an et demi, la commune recevait la Marianne d'or. Une distinction qui fait toujours plaisir, pour des actions réalisées ou en cours. Où en sommes-nous aujourd'hui et surtout dans quelle dynamique ? Il y a les actions que nous avons souhaité mettre en place mais aussi celles qui appartiennent aux administrés à mettre en oeuvre.

Je citerai la mise en place du tri en sortie de plateau au self-service de la cantine avec l'emploi d'un contrat civique en ce début 2019, l'augmentation des repas Bio dans les menus de la cantine, la mise en place du ramassage des cartons et verres chez les commerçants, la création d'une ombrière photovoltaïque sur le site du CTM, la mise en place de bornes électriques avec le SYMIELEC VAR, l'achat d'une voiture électrique pour nos services, des actions administratives telles que la rationalisation des envois papier, l'envoi par mail privilégié, le schéma directeur d'assainissement pour améliorer nos réseaux, le choix de la maîtrise d'œuvre pour la création, la création d'une station phytosanitaire ».

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures