Politique municipale

10 ans de mandat, 10 ans d'actions

 

François de Canson et son équipe municipale s'étaient engagés à accompagner et à protéger les familles, parce qu'ils considéraient qu'en étant un socle important dans la société́, elle devait être le cœur de leur politique municipale.

Cette préoccupation concernait tous les âges de la vie, des tout-petits aux seniors en passant par les écoliers, les jeunes et les actifs. Ainsi, engagée dans une démarche de qualité, labellisée « Bien Vieillir » par le Ministère de la santé, la municipalité a proposé des actions et des initiatives innovantes à destination des seniors, comme ce fut le cas avec l'aide aux transports ou aux démarches administratives, la mise en place de cours informatique, le portage de repas à domicile, les sorties, les voyages, les rencontres festives et culturelles, les ateliers thématiques, ou encore le Pass'sport Seniors et les matinées « Bien Vieillir ». La Résidence-services a également vu le jour. Située idéalement en plein cœur de ville, elle offre un service de haute qualité à des seniors qui ne souhaitent plus être isolés.

ACTIONS EN DIRECTION DE L'EDUCATION

L'attention des élus majoritaires s'est aussi traduite par une action en direction de l'éducation et de la petite enfance qui a porté sur des rénovations importantes dans les écoles et cantines, avec en point d'orgue, la transformation de la cour de l'école Moulin-Vieux, mais surtout, la reconstruction de l'école Antoine Bussone…

François de Canson ne peut cacher sa satisfaction : « C'est un chantier que l'on peut qualifier de majeur pour la ville et pour les générations de petits londais à venir. C’est, en effet, un acte important, qui témoigne de notre volonté d’œuvrer à l’épanouissement et au développement de nos enfants, et ce dans des conditions optimales ».

Il complète son propos : « A cette liste, rajoutons que toutes les classes ont été informatisées et équipées de tablettes, tandis que la création d'un Espace-Jeunes pour les 11-17 ans connaît un succès grandissant et que l'accueil en périscolaire et au centre de loisirs est plus performant. Enfin, l'école municipale des sports est en pleine expansion. Notre conseil municipal des jeunes fourmille d'idées et le potager des écoles produit les plus beaux légumes de ce département » !

DES TRAVAUX CONSEQUENTS AU PORT

De plus, l'équipe municipale s'était engagée à faire rayonner le port et l'Office de Tourisme. Ainsi, depuis 10 ans, toutes les installations portuaires ont été rénovées, et le nouveau pôle nautique se dresse désormais face à la mer… Quant à l'Office de Tourisme, désormais intercommunal, il profite de nouveaux locaux, situés sur le port, conformes à ce que sont en droit d'attendre nos visiteurs.

Des investissements qui correspondent, parfaitement, à la feuille de route des élus londais : « Nous nous étions engagés à faire de notre ville le centre de toutes nos attentions. Et, je dois dire que l'état d'esprit qui règne à La Londe, depuis ces 10 dernières années, a considérablement changé. Une ville, notre ville, mérite une attention particulière, et de chaque instant, si nous voulons en préserver, en valoriser et en exalter le charme, l’attractivité́, les atouts... Cet «art de vivre», à nul autre pareil, et si cher à nos cœurs, si cher à mon cœur ».

UN ART DE VIVRE PARTICULIER A LA LONDE

« Cet « art de vivre » trouve toute son expression quand, tout au long de l’année, La Londe offre mille et une occasions de se distraire, et de participer à l’animation de la cité, de profiter d'une vitalité culturelle ouverte à tous, pour les jeunes et les moins jeunes…

Les grandes réunions festives nous rassemblent… Le marché et la fête des Vins, Nature en Fête, La Londe Jazz festival, les anniversaires avec nos villes jumelles, la grande fête de la Libération, les 100 ans de l'école Jean-Jaurès, la Festirun, le carnaval, les 20 ans de Danse Passion, sans oublier le Téléthon qui bât, année après année, des records de dons ».

Effectivement, cet « art de vivre », à la mode londaise, trouve toute son expression quand il s'agit de faciliter l’accès au sport en modernisant les installations ou en créant de nouvelles, en mettant à l'honneur les sportifs de l'année, en offrant aux marathoniens la possibilité de parcourir les plus beaux paysages lors de la Course des Dix Vins. Ou, en accueillant les athlètes en partance pour les JO de Rio ou encore ceux des JO d'hiver. Et, puis surtout, en rêvant à ce que sera le futur gymnase.

UNE VILLE ATTACHEE A SON PATRIMOINE

Pour le maire, « cet « art de vivre », c'est la fidélité à nos valeurs patriotiques, aux côtés de nos anciens combattants, lorsque nous nous retrouvons, sous le drapeau français, lors de commémorations et que nous vibrons à l'unisson lorsque retentit la Marseillaise. Cet « art de vivre », c'est une ville attachée à son patrimoine et à sa langue provençale; une ville ancrée dans ses valeurs, liée à la terre et à ce qu'elle produit de meilleur; une ville s’appuyant sur une histoire partagée. « Cet « art de vivre », c'est la solidarité, qui nous caractérise plus que tout. Tout comme la République, La Londe est une et indivisible. C’est sa force. Quel que soit le quartier où nous vivons, que nous soyons jeunes ou seniors, actifs ou non, que nous habitions notre belle ville depuis quelques jours ou depuis plusieurs générations, quels que soient nos modes de vie et nos centres d’intérêt, et nos convictions profondes. Nous sommes d’abord, et avant tout unis par le même lien : nous sommes Londais » !

UNE GESTION MUNICIPALE QUI PORTE SES FRUITS

Dès son arrivée aux commandes de la ville, François de Canson s'était engagé à assainir les finances communales. C'est chose faite ! La politique menée en matière de gestion des finances publique est dynamique pour les investissements et vigilante pour le fonctionnement. Depuis 2008, elle a généré des résultats positifs qui ont permis de redresser la situation financière de la ville, d’accélérer le rythme de sa modernisation et de diminuer son endettement. Le maire l'assure : « Nous ne manquons pas, chaque jour, d'établir des priorités qui s'inscrivent dans des conditions budgétaires de plus en plus complexes. Complexes en effet… et pour le moins. En juillet dernier, le ministre des comptes publics a annoncé que nos collectivités devront réaliser 13 milliards d’euros d’économies d’ici à 2022. Soit 3 milliards de plus que prévus dans le programme présidentiel d’Emmanuel Macron. Je rappelle tout de même que les collectivités locales ne portent pas la responsabilité des déficits de l’État puisqu'elles ont des budgets en équilibre et financent 70% des investissements publics du pays. A nouveau sacrifiées, les politiques publiques locales et leurs projets de territoires sont donc remis en cause ».

Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR

Crédit photo: Christian Michel

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

ADIM EDITIONS 2972 Route de Saint-Honoré

83250 La Londe les Maures