Actualités, Hyères

Hyères Grands Travaux

Jean-Pierre Giran, maire : « De nombreux grands travaux seront achevés cette année »

Jean-Pierre Giran, maire de Hyères, premier vice-président de Toulon Provence Méditerranée, passe en revue les grands dossiers municipaux qui vont rythmer l'année qui vient, et évoque les perspectives 2021. Et, fait le bilan de cette année 2020, marquée durement par l'épidémie.

Par ailleurs, le contexte actuel n’ayant pas permis l’organisation
de la traditionnelle cérémonie des vœux à l’Espace 3 000, Jean-Pierre Giran, accompagné du conseil municipal, a adressé ses vœux aux Hyérois au travers d’une vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux et le site de la Ville, toujours visible sur ces supports.

Comment pouvez-vous résumer cette année 2020 ?

Jean-Pierre GIRAN. Cette année a été une année de contraintes et d’incertitudes. De contraintes, car l’épidémie a conduit à deux périodes de confinement et à l’interruption de l’activité d’un très grand nombre d’acteurs économiques.
D’incertitudes, car les fluctuations de la pandémie ont conduit à des prescriptions gouvernementales changeantes et par conséquent, réduisant la visibilité des différents acteurs.

A quels acteurs pensez-vous ?

JPG. Je pense aux commerces de proximité et notamment aux cafés et restaurants. Je pense à l’horticulture aussi et d’une façon plus générale à tous les acteurs économiques de la ville. C’est face à cette situation, que la commune a décidé très tôt d’aider les secteurs touchés avec par exemple une exonération pour toute l’année 2020, des taxes d’occupation du domaine public (étalages, terrasses, chevalets, portants...), une exonération des loyers pour les locataires de la commune, ou encore, la gratuité de tous les stationnements de surface.
Et, sur le plan sanitaire ?

JPG. Notre action a consisté à mettre en place avec la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS), puis avec des laboratoires de biologie médicale un centre de dépistage à la Vilette. Pour la période du 5 octobre au 12 décembre, près de 25 000 personnes ont été testées pour un taux de contamination moyen légèrement inférieur à 10%. Ce taux de positivité
a cru jusqu’au 7 novembre atteignant 13,1% et il est depuis en décroissance régulière pour atteindre en fin d’année environ 5%.
Le pic de la deuxième vague est donc derrière nous et nous sommes heureux d’avoir pu contribuer à tester près de 40% de la population.
J’ajoute que nous avons été les premiers dans le Var à distribuer, dès le début du mois de mai, des masques à l’ensemble de
la population gratuitement, à compléter les besoins du personnel soignant, mais aussi à distribuer du gel hydroalcoolique et à faire
en sorte d’assurer dans les écoles et les bâtiments publics les meilleures conditions de salubrité.
Malheureusement, pendant l’année 2020, des mesures de restriction, même si elles sont compréhensibles, nous
ont conduit à annuler la quasi-totalité des manifestations.
Même à Noël. Sur directives préfectorales, le marché de Noël et les animations traditionnelles ont été annulées.
Néanmoins, pour conserver en cette période particulière, une atmosphère de fête, nous avons fait un effort particulier en matière d’illuminations, et je crois que les Hyérois ont apprécié.
Malgré tout, nous avons maintenu quelques déambulations et les animations qui n’étaient pas susceptibles de provoquer de regroupements excessifs.

Évidemment, cette période a eu des conséquences sur le plan financier ?
JPG.
Bien entendu. Des conséquences importantes, de l’ordre de plus de 5 millions d’€, liées à des pertes de ressources, notamment la baisse du reversement du produit des jeux du casino, lié à sa fermeture, exonération des droits d’occupation du domaine public, exonération des loyers communaux, baisse des droits de mutation et des ventes et à des achats nécessaires (masques, gel hydroalcoolique, désinfection des locaux…).

Quels sont les grands rendez-vous en 2021 ?

JPG. Sous réserve d’une situation sanitaire que l’on souhaite meilleure, un certain nombre de travaux seront achevés ou initiés :
Pour l’été, devraient s’achever les travaux du Musée de la Banque de France.
D’ici la fin de l’année, le nouveau club house au stade Véran verra le jour, le skate-park connaîtra une extension et une réhabilitation,
une « Maison du Terroir », située dans les locaux de l’ancien Point Informations Tourisme, à l’entrée de la ville, ouvrira ses portes.
La réhabilitation de l’ensemble de la Blocarde, le parking de l’avenue Decugis, ou encore la requalification de la place Saint-Pierre à Giens, seront eux aussi réalisés.
Seront lancées les études de travaux de requalification
de l’avenue Gambetta, des avenues du Général de Gaulle et des Îles d’Or, ou encore le projet de l’entrée de la ville par l’Almanarre, et de nombreuses voiries comme les rues du quartier Chateaubriand ou encore certaines rues du port (rue de l’Hippodrome, rue Claude Durand…).

Et pour les autres dossiers ?

JPG. Les dossiers au long cours continueront de faire l’objet de toute notre attention ainsi que celle de la Métropole TPM. On peut
ainsi penser que les dossiers de protection du Tombolo ouest et du Trait de Côte du Ceinturon, du Pôle d’Échange Multimodal (avec la liaison Gare SNCF - Aéroport), mais aussi le Technopôle d’excellence du Roubaud connaîtront des avancées décisives cette année. Enfin, l’éco-quartier de la Crestade Demi-Lune devrait commencer à sortir de terre. Il est vrai que des recours de particuliers peuvent retarder des réalisations d’intérêt général et j’espère que ceux qui les ont formés y renonceront après réflexion et explications.

On peut en effet difficilement admettre qu’aujourd’hui
des réalisations comme l’hôtel de standing (4 étoiles) sur le port, l’éco-quartier de la Crestade Demi-Lune, le projet immobilier
Massillon situé rue du Soldat Ferrari, soient ajournées dans la mesure où toutes ont été présentées lors de la campagne électorale.
Certaines avaient même fait l’unanimité en Conseil Municipal et avaient été élaborées en parfaite harmonie avec l’État, qui n’a d’ailleurs formulé aucune remarque.
Il est grand temps, me semble-t-il, que les instances judiciaires ne soient plus utilisées comme moyen de retarder la mise en œuvre
des choix de la démocratie.
Et, au niveau environnemental, vous poursuivez votre action ?
JPG.
La plupart des dossiers sont désormais placés sous la responsabilité de la Métropole TPM mais ils restent pour nous une priorité absolue.
C’est le cas par exemple, de l’Opération Grand Site (OGS), malheureusement freinée par les lenteurs administratives de l’État.
C’est le cas de la réflexion sur la capacité de charge de l’Île de Porquerolles avec une nouvelle Délégation de Service Public (DSP) relative aux transports maritimes qui devrait permettre de mieux réguler la fréquentation de l’île. C’est le cas, enfin, de la lutte contre l’érosion de nos côtes.
Nous mettrons également en place en 2021, deux espaces dotés de panneaux photovoltaïques et élaborerons le projet de la Maison de l’Environnement que nous avons décidé d’installer dans une propriété dont la commune a fait l’acquisition au cœur de l’écoquartier de la Crestade Demi-Lune.

Comment envisagez-vous l'année 2021 ?
JPG.
Si la crise sanitaire le permet, les animations reprendront peu à peu leurs cours. Nous avons hâte que des rendez-vous incontournables tels que la fête du parcours des arts, la fête du livre, Galathéa, puissent être de nouveau organisés pour le plus grand plaisir des Hyérois et des touristes. Que l’année 2021 apporte à toutes et à tous une sécurité et une sérénité retrouvées. Je pense à la jeunesse qui a malheureusement connu une année mise entre parenthèses, à nos anciens qui doivent retrouver leur famille et leur quiétude et aussi, à nos actifs qui ont résisté avec vaillance et courage à la dure épreuve que nous traversons.

* Entretien réalisé le 21 décembre 2020

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures