Economie

Max Bauer : Salon de l’Agriculture

Max Bauer : « L'Europe et la France doivent protéger ceux qui nourrissent les peuples »

Lors du Salon de l'Agriculture, la Coordination Rurale a interpellé les candidats à l’élection présidentielle sur leur programme agricole.

En effet, chaque année c'est la même ritournelle avec des candidats et des représentants politiques de tous bords qui viennent discuter avec les membres du comité directeur de la CR.

Ainsi, Bernard Lannes, président national de la CR et Max Bauer, secrétaire général adjoint de la CR, président de la CR 83 et Sud, ont échangé avec le président de la République, à l’occasion de l’inauguration du Salon.

SOUVERAINETE ALIMENTAIRE

« Depuis plusieurs années, la Coordination Rurale oeuvre à une souveraineté alimentaire au niveau national. Il y a 4 ans, nos interlocuteurs nous pensaient alarmistes et nous riaient au nez ! Quelques années plus tard, après une pandémie et alors qu’une guerre se joue aux portes de l’Europe, voilà que ce mot est sur toutes les bouches, et notamment celles des hommes politiques. Cependant, celle-ci ne pourra se faire sans une indépendance en matière d’approvisionnement des intrants, nécessaires aux cultures ”, constate, avec lucidité, Bernard Lannes.

Et, Max Bauer reprend : « La Coordination Rurale, syndicat résolument indépendant, a souhaité, dès le premier jour du Salon, ouvrir un dialogue franc et sincère autour des problématiques concrèts avec les représentants politiques. La CR attend des propositions efficaces et en phase avec les réalités du terrain. Par ailleurs, j'ai rappelé lors de cet échange avec Emmanuel Macron, des faits pourtant basiques, mais qu’il semble nécessaire de mettre en lumière. Ainsi, pour un tiers des agriculteurs, le travail représente 50 heures par semaine pour un gain moyen de 835€ par mois. Une situation intenable dans un pays développé ».

Dans cette perspective, la CR a publié une analyse des propositions des candidats, reposant sur 6 grandes thématiques.

Ainsi, au niveau économique, le syndicat se bat pour que les agriculteurs restent libres et indépendants, pour qu'ils vivent de leur métier et de la vente de leurs produits.

MAINTENIR UNE AGRICULTURE NOURRICIERE

« Avec un revenu digne et des capacités d'investissement renforcées, les agriculteurs pourront créer des emplois et de la valeur », explique le président de la CR du Var.

Il ajoute : « En termes d'environnement et de transition écologique, nous sommes pour une reconnaissance et un accompagnement du travail et des efforts des agriculteurs. Les contraintes démesurées ne participent pas à la dynamique vers une transition agro-écologique capable de maintenir une agriculture française nourricière et prospère. Et, nous réclamons une couverture sociale efficace et des retraites dignes. S'installer, vivre sereinement sa vie professionnelle en étant correctement assuré et protégé, transmettre, partir en retraite sont des enjeux importants pour le renouvellement des générations. Sachant que la faiblesse des revenus agricoles, voire leur absence, empêche les agriculteurs d'assurer correctement leur vie ».

En ces temps de guerre aux portes de l'Europe, le volet international est essentiel voire primordial.

« A nos yeux, le président de la République a la responsabilité de défendre et promouvoir l'agriculture française au sein de l'UE et dans le monde. Au niveau européen, il doit porter la voix d'une PAC 2027 rémunératrice, ainsi que le rééquilibrage et la régulation des productions. Par ailleurs, en ce qui concerne l'alimentation et la consommation, il faut que les citoyens aient accès à une nourriture saine, sûre et durable. Ils doivent pouvoir être informés sur ce qu'ils mangent, savoir d’où cette nourriture provient et ce qu'elle apporte sur le plan nutritionnel. Ainsi, ils seront libres de faire leurs choix de consommation en conséquence, selon leurs critères », assure le numéro 3 national du syndicat.

UNE ALIMENTATION SAINE ET DURABLE

« Enfin, en termes de foncier, nous agissons pour la défense et la protection du premier outil de travail des agriculteurs, c'est à dire le foncier agricole, donc défendre la capacité de produire des denrées alimentaires sur notre territoire », insiste Max Bauer.

Pour chacune de ces thématiques, les propositions des candidats ont été évaluées selon la compatibilité avec les idées de la Coordination Rurale, le plan d’action proposé quant à leur mise en application concrète et pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas d’un effet d’annonce.

Par ailleurs, pour la CR, l'alimentation des Français et des Européens doit être saine, sûre, durable et locale. La vocation exportatrice à bas prix, comme nous la connaissons actuellement, pénalise les agriculteurs du monde et les consommateurs qui se retrouvent à consommer des aliments d'importation traités avec des pesticides interdits en Europe.

« Pour certaines organisations agricoles, il s'agit de nourrir le monde, quitte à subventionner les exportations. Ce n'est pas une position que nous partageons. Pour la CR, il convient de parler au niveau de l'UE. Cette échelle est la plus pertinente compte-tenu des traités qui lient les États membres, notamment celui de Rome qui institue la politique agricole commune (PAC), rappelée par celui de Lisbonne. Il faut être en capacité de maîtriser la totalité de la production. D'autant que l'agriculture européenne est capable, de nourrir sainement et suffisamment la population », rappelle Bernard Lannes !

« L'Europe et la France doivent protéger et garantir ceux qui les nourrissent », termine Max Bauer.

Photos PRESSE AGENCE.

A NOTER...

L’agriculture en région Sud, c’est :

  • 25 % de la superficie régionale en terre agricole,
    • 38 500 emplois directs,
    • 20 840 exploitations,
    • 100 000 emplois indirects,
    • 500 agriculteurs qui s’installent sur notre territoire chaque année,
    • 3 milliards d’€ de chiffre d’affaires,
  • 284 produits labellisés en France,
    • 1ère région française pour la culture bio,
    • 1ère région mondiale pour la production de vin rosé

Imprimer E-mail

Demo

L'actualité économique et politique du littoral varois

Edité par ADIM (fondée en 1983)

174, rue Eugène Baboulène - Apt.43 - Bât.B - BP 06

83250 La Londe les Maures